Rechercher dans ce blog

jeudi 7 mai 2015

FREMONVILLE (54) - Maison-forte

A quelques kilomètres de Blâmont, le modeste village de Frémonville a conservé
un témoin de son passé médiéval : une maison-forte, aujourd'hui gîte rural.

FREMONVILLE (54) - Maison-forte

Remontant peut-être au XIIIe siècle (En 1285, Ferry d'Ogéviller déclara être l'homme-lige
de Henri, seigneur de Blâmont, pour ce que celui-ci lui avait donné à Frémonville),
cette demeure passa de mains en mains. 

En 1317, Asselin de Frémonville, prévôt de Blâmont, et Aline, sa femme, achètèrent aux
chanoines de Lunéville toutes les grosses dimes et leur de Frémonville. Le prévôt
du comte de Blâmont logeait-il alors dans une demeure

En 1565, Christine du Danemark, duchesse douairière de Lorraine, la confia à Melchior-Henri,
son conseiller, à titre de fief héréditaire avec la tour, le gagnage et les dépendances.

En 1593, Pompeo Gallo, chambellan du duc Charles III de Lorraine, en devint propriétaire.

En 1601 et 1625, Octavian de Lampougnan, conseiller d’État, donna son dénombrement
et fit ses reprises pour la tour, terre et seigneurie de Frémonville.

FREMONVILLE (54) - Maison-forte
 1er et 2e étages - Quatre fenêtres à meneaux associées à un oriel apportent
de la luminosité à l'intérieur de la maison-forte.

 Charles de Lempougnan, d’Einville, succéda à Octavian. En 1676, son gendre, Georges
de Pindray devint seigneur de Frémonville ; Anne- Françoise de Lampougnan ayant
apporté, en dot, le fief appelé la Tour-de-Fremonville et ses dépendances.

La famille de Pindray, originaire du Périgord et du Poitou, resta seigneur de Frémonville
 pendant 150 ans. René-François, comte de Pindray, reçut, moyennant 700 livres de cens
 annuel, au nom du duc de Lorraine, les droits de haute, moyenne et basse justice à Frémonville,
Remoncourt, Les Breuils, Jambrot et Gondrexon, et la prévôté de Blâmont.

FREMONVILLE (54) - Maison-forte
 2e niveau - Oriel carré éclairé par deux baies gothiques trilobées

Le 19 juin 1708, Anne-Henriette de Banneret, veuve de Georges de Pindray, épousa
Charles de Maimbourg, écuyer, seigneur du fief de Buissoncourt.

Vers 1734, François de Pindray fut alors seigneur de la tour de Frémonville.

 Le 6 mai 1785, mort de François de Pindray, seigneur de la tour de Frémonville,
Guéblange, Foulcrey, seigneur voué de la chatellenie de Baccarat.

    Jusqu'en 1807, Charlotte et son époux Jean-Baptiste-Xavier des Fages de Rochemure (Rochemont),
capitaine au régiment d Auvergne, en garnison à Phalsbourg, vivait
à Blâmont, en gérant leur domaine de Frémonville.

    Au cours du XIXe siècle, Marie-Catherine, révolutionnaire dans l'âme, se maria
à un médecin qui hérita de la Tour de Frémonville ainsi que du bois du Prévôt,
dénommé "le Bois de La Dame".


FREMONVILLE (54) - Maison-forte
1er niveau - Deux fenêtres à meneaux (Fin XVe - Début XVIe siècles)

Désormais, cette belle tour carrée est le cadre prestigieux d'un gîte rural !

FREMONVILLE (54) - Maison-forte
Rez-de-chaussée surélevé - Entre les deux fenêtres remaniées au XVIIIe siècle,
la porte gothique (fin XVe siècle) présente un linteau à décor d'arc en
accolade et polylobes ; un écu, jadis armorié, occupe le centre.

_________________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2015 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire