Rechercher dans ce blog

mardi 4 avril 2017

Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)

Grâce au prêt d'une lettre et de trois photos-cartes de Me Thomas, je vous présente un anonyme,
Antoine Victor Paul CANEL, soldat au 79e RI et capturé lors de la bataille de Morhange
(18-20 août 1914) où les Français se sont fait surprendre et ont perdu beaucoup d'hommes.

Soldats du 79e RI fait prisonniers à Morhange

Le bataillon d'Antoine CANEL défendait alors des positions dans Lidrezing,
face à celles des Allemands situées sur la crête boisée dominant le village.

La fureur des combats va anéantir l'un des bataillons du 79e RI, celui du commandant
Craman, qui va mourir révolver à la main.

La puissance de l'artillerie allemande et la ténacité des troupes bavaroises ont eu raison des
derniers défenseurs. Antoine CANEL sera capturé avec les derniers combattants français du 79e RI.

Comme 8 000 autres poilus des différents régiments engagés, Antoine CANEL sera
envoyé dans l'un des camps de prisonniers en Allemagne, près de Stuttgart.

Prisonniers français du 79e RI et d'autres régiments installés dans la cour de la caserne
de Morhange, le jour même de la bataille

Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)
 Cette photo-carte représente Antoine CANEL au camp de Stuttgart-Heilbronn
après sa capture lors de la Bataille de Morhange ; elle date de la fin de l'année 1914 
ou début de l'année 1915. Elle est adressée à son père Charles CANEL, résidant à Diarville
Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)

Cousin de Marcel THAILLARD (évoqué à travers la dernière lettre qu'il écrit sur le front de Verdun,
à consulter ici), Antoine CANEL est né à Diarville le 4 décembre 1895 et décédé au camp
de Stuttgart-Heilbronn le 23 octobre 1918, après 4 années de captivité.

Le 19 avril 1915, il envoie une lettre à ses parents avec une gravure de la cathédrale
d'Ulm, ville allemande par très éloignée de Stuttgart.

Antoine CANEL, un soldat du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)

Antoine CANEL, un soldat du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)

Voilà ci-dessous la transcription de la lettre présentée :

"Ulm 19 avril 1915

Chers Parents

J'ai reçu votre paquet du 29 mars le 7 avril il contenait un gâteau, trois saucisses, une boîte de
confiture, du sucre, du chocolat, du thé, deux boîtes de sardines et cinq papiers à cigarette, je pense
que vous avez reçu ma lettre du 6 avril sur laquelle je vous dis que j'ai reçu votre lettre du 22 mars,
le mandat du 8 mars; le paquet du 20 A et celui du 23, les œufs qui étaient dans le paquet du 20
étaient gâtés alors ne ment envoyer plus, j'ai reçu votre carte du 28 mars, votre carte du 4 avril et
un paquet du 1er avril lequel je n'attendais pas car vous ne m’en parler pas sur votre carte du
28 mars et sur la carte du 4 avril vous me dites que vous m'envoyer un paquet le 7 avril, lequel
je n'as pas encore reçu, ce paquet du 1er avril a été longtemps en très bon état, la boule (de pain)
n'était pas moisie et pas dure  le jambon était bien bon, j'ai été content de recevoir la boite de
pastilles Guiot et le morceau de savon me servira bien aussi il y avait aussi une boîte de sardine.

Ecrivez-moi souvent et envoyez moi souvent des paquets  principalement la boule car c'est
le plus nécessiteux, donner moi des nouvelles des hommes qui sont allé au feu ainsi que de mon
cousin Marcel et dites moi si mon cousin de Bouzanville est encore en garnison car je pense
qu'il doit être sur le champ de bataille - Vous me donnez le bonjour du père et mère Michel,
ils sont donc revenus à Diarville. Je leurs donne bien le bonjour ainsi que chez monsieur Florentin.

Vous leurs direz que n'ai pas répondu à leur dernière carte car je n'écris qu'à mon tour
et je vais pas souvent de trop écrire à d'autres qu'à vous.
 
Je suis en bonne santé et je pense que vous aussi.
 
Je vous embrasse bien fort tous deux
 
Section 21 Baraque 6 Antoine Canel"

Antoine CANEL, un soldat du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)
Groupe de prisonniers français au camp de Stuttgart-Heilbronn ; Antoine Canel
est le second soldat assis en partant de la gauche et le seul à porter un calot.

Carte-photo écrite le 13 janvier 1918 par Antoine CANEL, postée le 8 février 1918 et
adressée aux parents de Marcel THAILLARD, Mansuy THAILLARD et
Céline DIDRIT, résidant à Bouzanville.

Camp de Stuttgart-Heilbronn

Il est en compagnie de ses compagnons d'infortune prisonniers, pour certains, depuis des
années dans le Camp de Stuttgart-Heilbronn. Il y mourra d'épuisement et sans doute
de manque de nourriture car les conditions de détention étaient rudes.

Antoine CANEL, un soldat du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)

Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)
Cette photo en pied a été postée le même jour que celle où il est avec ses camarades d'infortune,
le 8 février 1918 ; malheureusement la carte, envoyée à Mansuy THAILLARD
et Céline DIDRIT, résidant à Bouzanville. a été recoupée
Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)


Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)
Acte de décès d'Antoine CANEL dressé par le corps d'armée.
Il est précisé qu'il était engagé volontaire dès 1913, à l'âge de 18 ans

Pour finir, le soldat de 2e classe Antoine Canel, cycliste professionnel avant la guerre, s'est engagé
comme volontaire début 1913 et s'est retrouvé, le 5 janvier de cette année-là, à Ludres
pour une halte lors des grandes marches d'épreuve du 79e RI.

Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)
 Antoine Canel est débout complètement à droite sur chacune des photos.
(Ludres - Janvier 1913 - Collection Jean Remy)
Guerre 14-18 : Antoine CANEL, un soldat lorrain du 79e RI, prisonnier en Allemagne (1895-1918)____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2017 © Tous droits réservés

1 commentaire:

  1. Triste fin... on aurait pu penser que la détention l'aurait protégé d'un triste destin !!

    RépondreSupprimer