Rechercher dans ce blog

lundi 10 janvier 2011

LE DUC RENE II DE LORRAINE

Je vous propose aujourd'hui, en complément de l'article sur la bataille de Nancy, une biographie
du duc René II de Lorraine, que j'ai écrite et qui est parue dans
la revue Histoire Médiévale en 2004.

Bonne lecture...

____________________________________

René II duc de Lorraine
Le prince qui défia le puissant duc de Bourgogne

Statue équestre de René II au Musée Lorrain de Nancy  (œuvre en plomb de Nicolas Lépy)
Statue équestre de René II au Musée Lorrain de Nancy
(œuvre en plomb de Nicolas Lépy)

Petit-fils de René d’Anjou (qui affronta, sans succès, les Bourguignons à Bulgnéville le 2 juillet 1431) , René II de Lorraine vit le jour à Angers le 2 mai 1451. Fils aîné de Ferry de Lorraine comte de Vaudémont, baron de Joinville, sénéchal héréditaire de Champagne et de Yolande d’Anjou (fille de René), il passa toute sa jeunesse à la cour de son grand-père, en Provence et en Anjou. Ce prince avait cinq frères et sœurs : Nicolas, seigneur de Joinville et de Bauffremont ; Pierre ; Jeanne, femme de Charles d’Anjou comte du Maine ; Marguerite, épouse de René duc d’Alençon et Yolande, femme de Louis Landgrave de Hesse.

En 1463, à la fin du printemps, René d’Anjou fit jouer au château de Bar la « Farce des Pastoureaux » pour ses petits-enfants présents. En 1470, le jeune homme accompagna le duc de Lorraine dans ses déplacements notamment à Vézelise en juin.

Succédant à son oncle, Jean de Lorraine au début de l’année 1473 en tant que Capitaine d’Angers, Sénéchal et Gouverneur d’Anjou, René de Lorraine obtint donc de son grand-père René d’Anjou les gages associés à ces différentes fonctions en février.

"Le duc René II de Lorraine agenouillé et priant devant la Sainte Vierge à l'Enfant"
Heures de René II, Maître François, Paris, entre 1473 et 1479. Lisbonne,
Musée Gulbenkian, Ms LA 147, f°10. © Lisbonne, Musée Gulbenkian.


Une mort subite bouleverse son destin.

En juillet 1473, l’éphémère duc de Lorraine Nicolas d’Anjou décéda laissant son cousin René dans un grand désarroi. Yolande d’Anjou devint alors duchesse de Lorraine situation qui ne durera pas puisqu’elle préféra laissé le duché entre les mains de son fils le 2 août de la même année, en se réservant cependant l’usufruit. René II, duc de Lorraine fit son entrée officielle à Nancy le 4 août.

Rapidement après son accession au pouvoir, le jeune duc fut sollicité par les deux grands princes européens : Louis XI, roi de France et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. Le but de leurs manœuvres était de contracter une alliance. René II privilégia d’abord le roi de France en scellant avec lui le traité de Neufchâteau le 27 août 1473 ; en agissant de la sorte le duc de Lorraine n’obtint cependant pas de sérieuses garanties de la part du souverain. En proie à des difficultés financières, le duc demanda à son allié de lui prêter la somme de 20.000 livres. Il reçut un refus catégorique ce qui le poussa à se tourner vers le rival du roi de France, Charles le Téméraire. En effet, se sentant profondément bafoué, René II s’entendit alors avec le duc de Bourgogne lors du traité de Nancy, le 15 octobre 1473. Charles le Téméraire obtint le droit de placer des garnisons dans les châteaux lorrains de Darney, Epinal, Amance, Neufchâteau et Prény, créant ainsi une ligne de communication qui lui permettait de rallier le Luxembourg et la Bourgogne, le tout en territoire lorrain.

Un duc de Bourgogne trop pressant.

René II ne pouvait plus supporter les agissements de Charles le Téméraire, pour qui la Lorraine représentait le territoire idéal qui lui manquait pour créer un grand territoire, un royaume médian dont il serait le prince. Des convois d’hommes et de marchandises traversaient son pays ; des bandes de mercenaires venant du Nord pillaient, brûlaient et tuaient les habitants de cette Lorraine à laquelle il était attaché. Le duc n’en pouvait plus.

Renonçant à son alliance avec Charles le Téméraire, le 9 juillet 1474, René II adhéra à la ligue formée par Louis XI, l’empereur, les princes allemands, les villes d’Alsace et les cantons suisses. Le 15 août suivant, le roi de France l’assura de son aide en cas d’attaque bourguignonne.

Après un court séjour dans les Vosges, notamment à Neufchâteau, Mirecourt et Dompaire, René II vint prendre possession du duché de Bar que lui a confié René d’Anjou, au cours du mois de novembre 1474.

Vitrail montrant René II en prière  Œuvre attribuée à Valentin Bousch  Basilique de Saint-Nicolas de Port
Vitrail montrant René II en prière
Œuvre attribuée à Valentin Bousch
Basilique de Saint-Nicolas de Port

Après avoir défié le duc de Bourgogne par l’intermédiaire de son héraut, le 9 mai 1475, le duc de Lorraine scella un traité d’alliance avec l’empereur le 17 mai. Peu de temps après, René II ne put empêcher les troupes bourguignonnes (environ 40 000 hommes) de pénétrer en Lorraine et de s’accaparer tous les châteaux sauf celui de Prény qui résista aux assauts. Le 30 novembre, Charles le Téméraire fit son entrée dans la cité de Nancy. Entre temps, une paix de neuf ans fut signée entre le roi de France et le duc de Bourgogne ; et un traité scellé entre le même duc et l’empereur.

Mécontent de la tournure des évènements et fortement résolu à ne pas se laisser faire, le duc de Lorraine constitua une force armée dans les Vosges avec les nobles lorrains restés fidèles ainsi qu’avec des mercenaires suisses venant de différents cantons. Mais les choses ne se passèrent pas si facilement et René II fut contraint de quitter le bailliage des Vosges car sa personne était sérieusement menacée. Il rendit alors à Joinville vers la fin de l’année 1475. Au cours de l’hiver 1475-1476, le duc de Lorraine manda deux émissaires en Suisse afin de recruter de nouvelles troupes. En avril 1476, ayant eut vent de la cuisante défaite bourguignonne à Grandson le 2 mars précédent, il envisagea immédiatement de reprendre le combat. De passage en Suisse où il tenta de convaincre les cantons de l’aider dans sa tache de reconquête de ses territoires, il prit part à la fameuse bataille de Morat, le 22 juin où le duc de Bourgogne fut défait.

La déconfiture du grand prince provoqua une virulente réaction en Lorraine de la part des habitants qui commencèrent la lutte, reprenant aux garnisons bourguignonnes plusieurs forteresses dont Vaudémont. René II put faire son entrée à Saint-Dié le 21 juillet et à Epinal le lendemain. Il entreprit peu après le siège de la forteresse de Châtel-sur-Moselle et de la cité Nancy ; cette dernière capitula le 8 octobre.

Un duché de Lorraine retrouvé.

"Le duc René II à la bataille de Nancy, 5 janvier 1477"  Miniature du manuscrit "La Nancéide" de Pierre de Blarru. Fin XVe siècle.
"Le duc René II à la bataille de Nancy, 5 janvier 1477"
Miniature du manuscrit "La Nancéide" de Pierre de Blarru. 1518.

Le duc de Lorraine ne savoura pas longtemps la prise de sa capitale puisque les troupes du duc de Bourgogne y vinrent mettre le siège le 21 octobre. René II préféra quitter sa chère cité pour aller chercher de l’aide en Alsace, notamment à Sélestat où il séjourna le 1er décembre. Ayant pu convaincre les Alsaciens et les Suisses de l’aider dans sa tâche de recouvrir définitivement son duché, René II passa le 4 janvier 1477 à Saint-Nicolas-de-Port et se dirigea en direction de sa cité ducale. Le 5 janvier, les troupes bourguignonnes furent défaites par une forte coalition au cours de la bataille de ou plutôt pour Nancy. Le grand duc d’Occident, Charles le Téméraire y trouva misérablement la mort.

 "Le duc René II entouré de ses troupes"
Miniature du manuscrit "La Nancéide" de Pierre de Blarru. 1518.

René II sortit inévitablement grandi de ce conflit qui d’ailleurs aurait pu définitivement lui coûter son duché. Fin janvier 1477, il réunit les États Généraux de Lorraine puis se rendit auprès du roi de France Louis XI qui le félicita grandement.

La statue équestre de René II de Lorraine  Bronze de Mathias Schiff - 1883  Nancy - Place Saint-Epvre
La statue équestre de René II de Lorraine
Bronze de Mathias Schiff - 1883
Nancy - Place Saint-Epvre
La statue équestre de René II de Lorraine  Bronze de Mathias Schiff - 1883  Nancy - Place Saint-Epvre

Un héritage convoité.

A partir de mars 1477, le duc de Lorraine envisagea de s’assurer la possession de tous les biens de son grand-père, René d’Anjou. En effet, les duchés d’Anjou, de Bar, les comtés du Maine, de Provence et le royaume de Sicile faisaient partie de l’héritage de son aïeul mais s’était sans compter sur le roi de France qui entendait s’accaparer ces territoires.

Pendant que René II se rendait en Provence, les espions de Louis XI sillonnèrent son duché à l’affût de la moindre information le concernant. Ne pouvant rentrer dans ses États, le duc s’embarqua à Marseille le 25 novembre 1480 direction Venise où il arriva le 13 mars. Admis le 16 avril comme patricien de la cité des Doges, il scella un traité avec le doge Jean Mocenigo dans lequel il s’obligeait à venir défendre la république vénitienne en compagnie de 500 cavaliers et 1 000 hommes d’armes en cas de péril.

Venise - Le campanile de la Place San Marco  avec à sa gauche le Palais des Doges
Venise - Le campanile de la Place San Marco
avec à sa gauche le Palais des Doges

Au cours de l’année 1481, René II put enfin revenir en Lorraine en passant par la Suisse.

Entre temps, Louis XI avait intégré l’Anjou, le Maine et la Provence au royaume de France sans que le duc de Lorraine ne puisse s’interposer.

La guerre de Ferrare et ses déboires avec la royauté.

Le 3 mai 1482, la république de Venise déclara la guerre à Ercole d’Este, duc de Ferrare et partisan de Ferrante d’Aragon, usurpateur du royaume de Sicile, alors possession de la Maison d’Anjou. René II décida quelques après d’apporter sa précieuse aide au doge mais ne quitta sa bonne cité ducal de Nancy que le 11 mars 1483, en compagnie d’un bon nombre de seigneurs lorrains et de l’évêque de Verdun. En passant par la Suisse, le duc de Lorraine recruta de nombreux mercenaires lui permettant de porter à 200 cavaliers et à 1 000 fantassins son corps expéditionnaire. Il est reçu en grande pompe par le doge de Venise le 13 avril.

Après une brillante victoire sur Ercole d’Este et ses troupes le 20 avril, René II, fraîchement nommé capitaine général des troupes vénitiennes, entreprit le siège de la cité de Ferrare. Davantage préoccupé par le sort de la Sicile, le duc de Lorraine laissa le soin d’achever la prise de Ferrare au bâtard de Calabre. Il se retira donc à Padoue afin d’organiser l’expédition sicilienne mais en apprenant la mort du roi de France Louis XI, qui intervint le 8 septembre, il préféra s’en retourner en Lorraine dès le 22 septembre avant de se rendre auprès d’Anne de Beaujeu, la défunte reine et de Charles VIII, le tout jeune roi.

René II n’arriva à Blois que le 25 octobre où l’attendait la régente Anne de Beaujeu. Désirant se l’attacher, la reine de France lui restitua le Barrois, occupé jadis par Louis XI et lui proposa même d’épouser Philippe de Gueldre, ce qu’il fit d’ailleurs mais nous en reparlerons.

René II  Nancy - Porte de la Craffe
René II
Nancy - Porte de la Craffe

Le 27 juillet 1486, René II adressa une virulente protestation à la régente du royaume au sujet du rattachement définitif du duché d’Anjou et du comté de Provence alors qu’elle avait promis d’essayer de l’aider à récupérer ses droits sur ces deux principautés. Afin d’apaiser sa haine, Anne de Beaujeu le nomma Grand Chambellan et lui promit de lui fournir troupes et argents dans l’optique d’une nouvelle expédition en Sicile.

Apprenant qu’une révolte avait éclatée en Sicile contre le pouvoir de Ferrante d’Aragon au début de l’année 1488, René II se félicita de cet événement et rassembla ses troupes afin de reconquérir la terre de ses ancêtres. Mais, il ne pourra pas mener à bien son dessein car le roi de France Charles VIII lui intima l’ordre de s’en retourner en Lorraine puisqu’il envisageait lui-même de conquérir ce royaume de Sicile. Dépité, le duc obtempéra et fut également à cette occasion déchu de son commandement de la compagnie de Cent Lances et de la pension de 36 000 livres accordés en 1484.

"Le duc René II entouré de ses fidèles"
Jacques de Cessoles. LE jeu des échecs moralisés". BNF. Département des manuscrits.

René II ne comptait pas en rester là et revendiqua de nouveau le comté de Provence. Charles VIII lui accorda une nouvelle pension de 24 000 compensatrice, le 22 mai 1497.

Après la mort du souverain français le 7 avril 1498, le duc de Lorraine assista naturellement au sacre de Louis XII auquel il rend hommage pour le Barrois mouvant. Les relations avec le nouveau roi ne seront pas toujours au beau fixe car le duc essaya à maintes reprises de récupérer certaines terres lui ayant appartenues par le passé, comme celle de Gondrecourt.

Deux mariages.

Le duc de Lorraine René II se maria à deux reprises. Le 9 septembre 1471 il épousa Jeanne d’Harcourt, fille de Guillaume d’Harcourt, comte de Tancarville et de Yolande de Laval. Comme Jeanne ne put lui donner des enfants, il la répudia en 1475. Après une enquête de l’Official de Toul, une assemblée de religieux et de juristes annula enfin le mariage le 8 août 1485, soit dix années après la répudiation ducale. En guise de dédommagement, Jeanne d’Harcourt reçut à partir de juin 1486 une rente annuelle de 2 000 livres.

Le duc René II de Lorraine et la duchesse Philippe de Gueldre avec leurs fils.   Vita Christi par Ludolphe le Chartreux. 1506.   Bibliothèque Municipale de Lyon, manuscrit ms 5125, folio 3v.
Le duc René II de Lorraine et la duchesse Philippe de Gueldre avec leurs fils. 
Vita Christi par Ludolphe le Chartreux. 1506. 
Bibliothèque Municipale de Lyon, manuscrit ms 5125, folio 3v.
Ce fut à Blois que René II rencontra et épousa en secondes noces Philippe de Gueldre nièce de la reine Anne de Beaujeu. Philippe était alors la fille d’Adolphe d’Egmont, duc de Gueldre et de Catherine de Bourbon. Un contrat de mariage fut signé le 28 août 1485 et le 1er septembre l’union fut célébrée à Orléans. De cette union naquirent douze enfants : Charles (né en 1486 et décédé jeune), François (né et mort le 5 juillet 1487), Antoine (né le 4 juin 1489, succèdera à son père), Anne (née en 1490 et décédé l’année suivante), Nicolas (né en 1493 et mort en bas-âge), Isabelle (née en 1494 et décédée avant 1508), Claude (né en 1496 et mort en 1550. Auteur de la branche des ducs de Guise de la Maison de Lorraine), Jean (né en 1498 et décédé en 1550. Cardinal-Diacre), Louis (né en 1500 et mort en 1528. Evêque de Toul puis abbé de Saint-Mihiel, devient comte de Vaudémont), Claude et Catherine (nées en 1502) et François (né en 1506 et décédé à la bataille de Pavie en 1525).

Philippe de Gueldre.  Peinture sur bois - Début XVIe siècle.  Musée Lorrain.
Philippe de Gueldre.
Peinture sur bois - Début XVIe siècle.
Musée Lorrain.

Gisant de Philippe de Gueldre, seconde épouse de René II (morte en 1547)  Œuvre de Ligier Richier  Nancy - Église des Cordeliers
Gisant de Philippe de Gueldre, seconde épouse de René II (morte en 1547)
Œuvre de Ligier Richier
Nancy - Église des Cordeliers

René II, un humaniste avisé.

Le nouveau palais ducal reconstruit peu après la bataille de Nancy ne fut pas sa seule résidence, il résida tantôt à Bar-le-Duc, Pont à Mousson, Gondrecourt ou Lunéville… La cour ducale le suivait partout où il se rendait et se composait en premier de la famille ducale, de nobles, écuyers, apothicaires, médecins, nourrices, serviteurs, fous et musiciens.

A l’instar de la cour royale de France, celle de René II offrit un certain raffinement. Dès 1480, des spectacles inédits furent proposés à l’assistance, avec la mise en scène d’animaux exotiques en provenance d’Afrique, comme des lions par exemple. Des combats entre fauves et taureaux furent ainsi offert à cette cour ducale. La cour fut également le cadre d’un développement artistique et littéraire. Le mécénat ducal permit notamment aux peintres de s’exprimer pleinement ; Georges Trubert en tête. Collectionneur et humaniste avisé, le duc de Lorraine introduisit ainsi la Renaissance en Lorraine.

Une partie de chasse décisive.

Dès le 21 juillet 1482, René II avait fait rédiger un premier testament au moment où il se rendait en Italie. Le second testament qui intervint le 25 mai 1506, stipulait que les duchés de Lorraine et de Bar et le marquisat de Pont-à-Mousson seraient à jamais réunis sous un même gouvernement et que seul un homme pourra exercer le pouvoir.

Au cours de l’automne 1508, René II participa à une partie de chasse non loin du château de Fains, dans le Barrois. Ne s’étant pas suffisamment couvert, le duc de Lorraine prit froid. Rentré au château, le prince fut prit de malaises et peu à peu son état empira. Le 10 décembre, il fut retrouvé inanimé dans son lit. Un grand prince venait de mourir.

Détail de l'enfeu du Duc René II de Lorraine  Œuvre du sculpteur Mansuy Gauvin (mort en 1542)  réalisé en 1509  Nancy - Église des Cordeliers
Détail de l'enfeu du Duc René II de Lorraine
Œuvre du sculpteur Mansuy Gauvin (mort en 1542)
réalisé en 1509
Nancy - Église des Cordeliers

*
L’église des Cordeliers de Nancy, situé à côté du palais ducal, reçut la dépouille du bon duc René II. Dans les églises de la cité ducale comme dans celles du duché furent célébrées des messes en l’honneur du prince qui défia le grand duc d’Occident, Charles le Téméraire en le terrassant à la bataille pour Nancy.

Nancy - La nef de l'église des Cordeliers
 Nancy - La nef de l'église des Cordeliers
____________________________________

Bibliographie sélective :

Paul MARICHAL, René II duc de Lorraine et les possessions de la Maison d’Anjou dans le Maine, 1909.
Paul MARICHAL, René II duc de Lorraine et le domaine de Jeanne de Laval, in Mémoires de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Bar-le-Duc, 3e série, Tome III, pp. 65 à 96.
Michel PARISSE, Noblesse et Chevalerie en Lorraine médiévale, PUN, 1982.
Georges POULL, La Maison ducale de Lorraine, PUN, 1991.
René DE VIENNE, René II et Venise 1480-1483, in Le Pays Lorrain, n°3, 1977, pp. 135 à 139.

_________________________________

René II défie Charles le Téméraire

Le 9 mai 1475, le héraut Lorraine se présenta au duc de Bourgogne qui assiégeait la ville de Neuss, située dans l’électorat de Cologne, afin de lui remettre une lettre de défi de son maître.

La rencontre entre le héraut et le prince fut relaté par un chroniqueur en ces termes :

« Premierement, l’entree et reverence faite en forme de supplication, comme il s’en suyt :

Tres haut, tres excellent et tres illustre prince, salut, honneur et tres humble reverence a vostre magnifique haultesse de la parte de tres hault, tres puyssant et mon souveraing seignor le duc de Lorrayne, Regnier second de ce nom. Je suis envoye comme son tres humble et tres obeyssant herault d’armes, affin de vous dire et exposer ce qu’il m’est enjoint et ordonné de faire.
Et pour ce que je n’oseroye ne voldroye moy presumer ne ingerer de declarer madite charge, sans prealablement vous supplyer moy donner audience et licence de faire ce qu’il m’est ordonné, protestant de non proceder plus avant que vostre bon vouloir a ce vouldra accorder.

Response faite pas ledit duc Charles :

Hérault, vous dirès ce que vous avès de charge de vostre maystre, et de ce que dirès en ayès mémoire pour en certiffier, comme il appartient au degré de vostre office.

L’exposition de la charge dudit herault ayant son bonnet affoyble come celuy qui parle en la bouche de son maystre, vestu de sa coste d’armes :

Toy, Charles, duc de Bourgoygne, de la parte de tres hault, tres puyssant et tres redouté prince monseigneur le duc de Lorrayne, mon tres redoubté et souveraing seignor, je te nonce deffiance aufeuet a sang contre toy, tes apyes, subjects et alliés, et autre charge je n’ay de proceder plus avant

Response par ledit duc Charles audit herault, enparlant comme a son maystre :

Herault j’ay ouy et entendu l’exposition de ta charge, par laquelle tu m’as donné matiere de joye. Et pour toy donner et demonstrer que le cas est tel, tu vestiras ma robe avec ce present don, et diras a ton maystre que je me trouveray de brief en son pays. Et la plus grande crainte que j’ay, c’est de ne point trouver. Et affin que tu ne craignes de ton retourne, je ordonne au marreschault de mon oste, à Toison d’Or, roy d’armes de mon ordre, qu’ils te convoyent a bonne seurté. Car je seroys marry sy tu ne faisaois ton report devers ton maystre, comme il apartient a bon et loyal officier d’armes.

Le present que fist le duc Charles au herault d’armes :

A la despesche dudit officier d’armes fut delivree la robe de drap d’or que pour lors avoit vestu, et avec ce ungne coupe d’argent dorée en laquelle il y avoit cinq cents lyons d’or ».

_________________________________

Les armoiries de René II de Lorraine en détail

armoiries de René II de Lorraine


Le Duc de Lorraine portait le titre de Rois de Jérusalem, de Naples, de Hongrie et d'Aragon, de Ducs d'Anjou, de Bar, de Gueldre et de Juliers. On trouve sur ses armoiries:
- Au centre trois alérions: aiglons sans bec, ni pattes, aux ailes déployées, représentant la Maison de Lorraine.
- Au dessus la Croix des Rois de Jérusalem.
- Les fleurs de Lys de Naples.
- A gauche les armoiries de la Hongrie.
- A droite celles d'Aragon.
- Au bas les fleurs de lys d'Anjou.
René II y ajouta la croix de Lorraine à double traverse
et le chardon après la bataille de NANCY.

Blason de René. AD Meuse, cote 4 H 114
_________________________________

Des liens internet utiles :

Sur
wikipedia

René II le Victorieux sur

____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2011-2014 © Tous droits réservés

2 commentaires:

  1. merci pour toutes ces informations !

    RépondreSupprimer
  2. Article très intéressant (comme toujours) ! Une question cependant. Sur le vitrail de St-Nicolas-de-Port, René II porte par dessus son manteau un collier d'argent. Dans ce genre de représentation, il s'agit souvent de colliers d'ordre de chevalerie (St Michel, Toison d'or, etc...). J'ai lu que René II était chevalier de St Michel et que le collier de cet ordre figura dans son cortège funéraire (comme du reste ce fut le cas pour son descendant Charles III). Ici pourtant, le collier représenté ne ressemble en rien à celui de l'ordre de St-Michel. Savez-vous si René II fut chevalier d'un autre ordre dont le collier pourrait être représenté ici ? Excusez-moi si ma question paraît pointilleuse. Votre blog stimule la curiosité !

    RépondreSupprimer