Rechercher dans ce blog

dimanche 30 juin 2013

BARVILLE (88) - La Croix-calvaire de 1581

Au cœur du petit village vosgienne de Barville, situé à quelques kilomètres de Neufchâteau,
une monumentale croix-calvaire renaissance vous attends, sur un petit espace vert.

Protégé en 1909, ce calvaire fut restauré par un renforcement de sa structure au
moyen de pattes et des crampons de fer.

La croix sur son terre-plain gazonné


Saint-Epvre sur le croisillon entouré par Saint-Nicolas (à droite) et un saint non identifié (à gauche)

Saint-Epvre

Saint non identifié !

Saint-Nicolas

Angelot ailé soutenant Saint-Epvre

Chapiteau ionique à volutes, contenant le millésime "1581"

Saint-Paul de Tarse avec ses attributs
(livre tenu de la main gauche et épée effacée tenue de la main droite)

Évangéliste non identifié !
(Peut-être Saint-Marc, si l'on imagine à ses pieds un lion couché !!)

Saint non identifié
(Peut-être Saint-Augustin avec sa crosse !!)

Saint non identifié
(Peut-être Saint-Pierre si l'on imagine un coq à ses pieds, symbole de son reniement !!)


Le Christ entouré de la Sainte-Vierge (à droite) et de Saint Jean l’Évangéliste (à gauche)

Le Christ en croix

La Sainte Vierge les mains jointes

Saint Jean l’Évangéliste tenant de sa main gauche un livre et posant sa main gauche sur le torse

Saint-Michel terrassant le dragon au sommet de la croix

Chapiteau ionique à volutes, contenant le millésime "1581"

_______________________

 Situation du village de Barville dans les Vosges

 
Localisation de la croix-calvaire dans Barville

(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ici)

______________________________ 

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2013 © Tous droits réservés 

samedi 29 juin 2013

Les travaux débutent à la chapelle templière de Libdeau !

Depuis le 26 juin 2013, les premiers travaux ont commencés à la chapelle de Libdeau !

Débroussaillage et nettoyage ont permis de préparer les abords de la chapelle de Libdeau afin de recevoir l’échafaudage. L’édifice a également été purgé de l'envahissante végétation au moyen d’une nacelle.




découvrez d'autres photos ici : http://libdeau.fr/index.php/travaux


lundi 24 juin 2013

CONTREXEVILLE (88) - Le Retable des Douze Apôtres

L'église de Contrexéville possède un beau retable en calcaire de la fin du XVe siècle,
placé dans le chœur sur la droite.

Aperçu historique

Avant 1975, ce retable trônait sur la façade d'un hôtel-restaurant qui portait d'ailleurs le nom d'Hôtel-restaurant des XII Apôtres. Au moment de la construction de l'établissement en 1857, les propriétaires, Claude-Arsène Blaisot et sa femme Henriette Tisserant; aurait découvert le retable et l'aurait ainsi fait placé sur la façade.

L'abbé Guinot revendiqua le retable arguant que celui-ci provenait vraisemblablement de l'ancienne église paroissiale, détruite le 30 mars 1773, sur décision du bailly royal de Darney.

Le retable est classé depuis mars 1977.

Description du retable

Le Christ occupe la place centrale du retable et, de chaque côté, 6 apôtres se tiennent, deux par deux avec leurs attributs propres, sous une arcade en accolade. Une frise constituée de pampres de vigne (grappes de raisin et feuilles) et de 3 écus, jadis peints d'armoiries, occupe la partie supérieure.

On reconnaît ainsi, de gauche à droite, Saint André, Saint Jude, Saint Paul, Saint Jacques le Majeur, Saint Pierre, Saint Jean l’Évangéliste, le Christ, Saint Philippe, Saint Simon, Saint Jacques le Mineur, Saint Thomas, Saint Matthieu, Saint Barthélémy.


Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus ! 

église de Contrexéville
 L'église de Contrexéville où se trouve le retable

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Le retable placé sur la partie droite du chœur

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint André, Saint Jude, Saint Paul et Saint Jacques le Majeur

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint André (la croix a disparue) et Saint Jude

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint Paul et Saint Jacques le Majeur

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Le Christ encadré de quatre apôtres
(Saint-Pierre et Saint Jean l’Évangéliste, à gauche ;
Saint Philippe et Saint Simon, à droite)

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint-Pierre et Saint Jean l’Évangéliste

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Le Christ au centre du retable. De sa main gauche, il tient un globe crucifère (ou orbe)
et lève deux doigts de sa main droite en signe de bénédiction.
Contrexéville - Retable des Douze Apôtres

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint Philippe et Saint Simon

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint Jacques le Mineur, Saint Thomas, Saint Matthieu et Saint Barthélémy

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint Jacques le Mineur et Saint Thomas

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Saint Matthieu et Saint Barthélémy

Contrexéville - Retable des Douze Apôtres
Partie de la frise avec ses grappes de raisin et l'un des écus jadis peint d'armoiries. ____________________________


Situation de Contrexéville dans les Vosges


Localisation de l'église de Contrexéville
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ici )
____________________________

Copyright - Olivier PETIT - 2013 © Tous droits réservés 


mercredi 19 juin 2013

PONT-A-MOUSSON (54) - L'Hôtel des Charvet

Tout près de l'église Saint-Laurent, au 11 de la rue Saint-Laurent, un hôtel particulier,
construit en 1610, était la résidence des échevins de la ville puis d'une famille mussipontaine, les Charvet.

Le 1er mai 1758, François-Dieudonné de Charvet, doyen de la faculté de droit, avocat général
à la cour souveraine de Nancy et conseiller du duc Stanislas, fut sommé, par le marquis
Antoine-Martin Chaumont de La Galaizière, chancelier de Lorraine, de se retirer
dans sa demeure de Pont-à-Mousson en raison notamment de sa mauvaise volonté de rallier
Lunéville où devait se tenir une réunion extraordinaire, sorte de lit de justice
en présence du duc (Période de "La Querelle des Vingtièmes").

Dix autres conseillers réticents furent également renvoyés dans leur ville d'origine.

Ainsi, suite à son éviction et à son retour en grâce, François-Dieudonné de Charvet apposa,
sur la porte d'entrée de son hôtel particulier de la rue Saint-Laurent à Pont-à-Mousson,
une plaque avec l'inscription "VIRTUS AGITATA CRESCIT",
signifiant littéralement  "La vertu grandit par l'épreuve".

 La veuve de  François-Dieudonné de Charvet, Catherine Brussaut, fit don de l'hôtel particulier
 à la cure de Saint Laurent et devint un presbytère. Ce qu'il est encore aujourd'hui
en faveur de la paroisse Saint Pierre Fourier en pays mussipontain.

En 2005, des travaux de rénovation ont redonnés toute sa beauté à cette demeure
du début du XVIIe siècle. 


Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus !

La façade, avec sa combinaison de pierres calcaires et de briques, nous fait immédiatement penser 
au style Louis XIII alors les fenêtres géminées du troisième niveau rappellent
 plutôt la renaissance florentine.

Le portail renaissance richement orné

Sous un entablement à décor de volutes végétales et florales, on aperçoit la tête
d'une divinité féminine sculptée sur la clef d'arc et de chaque côté,
des angelots aux ailes déployées occupent les écoinçons !

Tête de déesse avec au-dessus une plaque avec l'inscription "VIRTUS AGITATA CRESCIT"
(la vertu grandit par l'épreuve).

Tête de déesse

 Angelots dans les écoinçons

Entablement à volutes végétales et fleurs

______________________________

Situation de Pont-à-Mousson en Meurthe-et-Moselle


Localisation de l'Hôtel des Charvet dans Pont-à-Mousson
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ici )
 
____________________________

Copyright - Olivier PETIT - 2013 © Tous droits réservés