Rechercher dans ce blog

mardi 19 mars 2019

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château (XVIIIe-XIXe siècles)

Le château de la Malgrange est un édifice majeur des XVIIIe-XIXe siècles qui succéda à d'autres
monuments édifiés dès le XVe siècle et qui sert aujourd'hui de cadre à un collège privé.

Fondée à Nancy, en 1836, le Pensionnat Saint Pierre, alors sous le coup de l’ancienne législation
impériale sur le monopole universitaire, s’installa, dès 1839, dans la propriété du
Château de La Malgrange, à l'instigation du Chanoine Mirguet.

Devenue établissement diocésain en 1846, l’Institution de La Malgrange obtint, en 1849, le titre
de Collège, lui permettant ainsi de fonctionner avec les mêmes prérogatives que ceux d’État.
 
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

Après une interruption due à la présence d'une ambulance bavaroise en 1870-71, de moments
difficiles en 1905 et 1911 et sa modification en un hôpital auxiliaire français pendant la Grande
Guerre, La Malgrange échappa à l’attribution au département de Meurthe-et-Moselle.

Un ancien élève, député de Nancy devenu ministre, Louis Marin, racheta la propriété au
Conseil Gé­néral en août 1920 et, le 21 novembre 1920, une association de loi de 1901
fut fondée pour assurer au Collège de La Malgrange l’existence et
le développement de l’enseignement libre.

En 1966, un contrat d’association fut signé avec l’État dans le cadre de la loi de 1959.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

La Malgrange reste associée aux princes de la maison de Lorraine, à celui de grands architectes du
XVIIIe siècle ainsi qu’à Stanislas Leszczynski, roi de Pologne devenu duc de Lorraine.

Un acte de vente daté de 1360, évoque déjà la présence d'une ferme à cette époque.

La Malgrange servit de lieu de cantonnement à l'armée du duc René II de Lorraine,
le 4 janvier 1477 ; la veille son attaque victorieuse sur les Bourguignons.

D'ailleurs à proximité du château, a été édifié en 1877 sur la volonté du chanoine Vanson.
(pour en savoir plus sur cette tour commémorative, il suffit de cliquer ici !)

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Portail d'entrée du domaine de la Malgrange avec ses grilles et ses ferronneries partiellement
dorées et sommées d'une croix de Lorraine
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

En 1563, le duc Charles III acheta le domaine correspondant à une grosse ferme utilisée
comme rendez-vous de chasse ou demeure campagnarde.

A côté de cette "Vieille Malgrange", "La Neuve Malgrange" fut édifiée ; Jacques Callot
en a même représenté les bâtiments au début du XVIIe siècle.

En 1569, les comptes du receveur de la Malgrange mentionne l'existence 
d'une tour dite "de l'horloge".

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château (XVIIIe siècle)
La Malgrange par Jacques Callot

En 1603, Catherine de Bourbon, épouse du fils ainé de Charles III reçut son frère Henri IV
de France en son domaine de la Malgrange.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

Vers 1711, le duc Léopold décida de faire construire un véritable château en confiant cette tâche
 à l’ar­chitecte Germain Boffrand qui en réalisa immédiatement les plans entre 1712 et 1715.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château (XVIIIe siècle)

Un vaste parc fut ensuite aménagé à proximité des bâti­ments.

En 1737, le nouveau duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski chargea l’architecte Emmanuel Héré
de construire un nouveau château en rasant le vieux manoir du XVIe siècle et le château de Boffrand.

Le château se composait alors de deux aligne­ments de bâtiments disposés perpendiculairement
et mesurant chacun environ 200 m ; le parc s’étendait sur une superficie de 50 hectares.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château (XVIIIe-XIXe siècles)

Stanislas séjournait fréquemment à La Malgrange où il invitait des amis comme Montesquieu qui
écrivit alors au sujet de la demeure ducale : “La Malgrange est la maison du monde la plus
singulière. On y voit partout le génie du roi qui a un talent unique pour faire des choses
charmantes...” Voltaire vint également à La Malgrange en 1748.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

A la mort de Stanislas en 1766, le château fut détruit à l’exception d’une aile (celle du Bâti­ment
Stanislas) qui dû servir de résidence de campagne pour les commandants de la province.

Abandonnée pendant la Révolution, La Malgrange fut vendue le 7 juillet 1798
comme bien national.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Escalier menant jadis à une porte battante et à la ferronnerie ouvragée
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

Après plusieurs changements de propriétaire, La Malgrange fut achetée, le 30 mai 1839,
par le Chanoine Mirguet pour en faire un lieu d'enseignement.

La première rentrée scolaire vit ainsi le jour le 28 octobre 1839.

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Vestiges d'une fontaine avec son mascaron de lion
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - ChâteauRésultat de recherche d'images pour "malgrange jarville armoiries cardinal"

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Porte d'entrée du XIXe siècle surmontée d'une horloge
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Horloge et clocheton
JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château

JARVILLE-LA-MALGRANGE (54) - Château
Pot à feu (XVIIIe siècle)

_________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés
 

lundi 18 mars 2019

A LIRE : Richardménil dans l'Histoire

Les membres de l'Histoire Locale de l'Union Familiale de Richardménil vient de sortir
un remarquable ouvrage dédié à l'histoire de leur village.

Reçu gracieusement et en main propre, j'ai souhaité le mettre en avant ici !

A LIRE : Richardménil dans l'Histoire

Ce volume richement documenté (photos, gravure, peinture, plans...) développe, de manière
accessible et chronologique, l'histoire de Richardménil à travers des articles traitant des
origines du village, des châteaux, de la famille de Ludre, de la Première et
Seconde Guerre mondiale et du patrimoine communal.

Un ouvrage à lire et à acheter de toute urgence !

Pour vous procurer ce livre, il suffit de rentrer en contact avec le
Président de l'Union Familiale de Richardménil :

Daniel BORDOT 3 avenue A. de Vigny
54 630 RICHARDMENIL
tel portable: 0681861225
tel fixe : 0383256710

_________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés

dimanche 17 mars 2019

MONTIERS-SUR-SAULX (55) - 14e Journées d'histoire régionale (23-24 mars 2019)

Organisé par Région Grand Est à Montiers-sur-Saulx les 23 et 24 mars 2019,
les 14e Journées d'histoire régionale proposeront des conférences,
des visites, des animations...

MONTIERS-SUR-SAULX (55) - 14e Journées d'histoire régionale (23-24 mars 2019)


Ci-dessous le programme que vous pouvez agrandir en cliquant sur l'image !

MONTIERS-SUR-SAULX (55) - 14e Journées d'histoire régionale (23-24 mars 2019)

MONTIERS-SUR-SAULX (55) - 14e Journées d'histoire régionale (23-24 mars 2019)

_________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés

vendredi 15 mars 2019

A LIRE : 1048 Gérard de Châtenois

Dans ma boîte aux lettres, je viens de trouver un exemplaire du fascicule "1048 Gérard de Châtenois"
gracieusement envoyé à mon attention par Mr Christophe Labays, président de l'association
"Les Amis du Prieuré et du Patrimoine de Châtenois".

A LIRE : 1048 Gérard de Châtenois

Voilà un document richement documenté sur Gérard 1er d'Alsace ou de Châtenois,
duc de Lorraine de 1048 à 1070. Une partie est consacrée à sa descendance.
Vous y trouverez également des informations concernant le prieuré, l'église
et le cimetière de Châtenois... Bref, un document à lire sans réserve !

Si vous souhaitez vous le procurer, il suffit de prendre contact avec
les Amis du Prieuré et du Patrimoine de Châtenois
au : 06 32 97 87 06
couriel : amisduprieure@orange.fr

Site internet : http://www.lesamisduprieure-chatenois-vosges.com
_________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés
 

mercredi 13 mars 2019

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !

Avec la fermeture du Musée Lorrain pour des années de rénovations et travaux,
une bonne partie des collections n'est plus accessible !
 
Je vous propose notamment de découvrir une œuvre gallo-romaine :
Jupiter chevauchant au-dessus d'un génie, trouvé à Grand, dans les Vosges.

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !

Découvert cassé en 42 morceaux au fond d'un puits de l'agglomération de Grand,
ce Jupiter à cheval a été restauré par Lucien Wiener au début du XXe siècle.

Proche par sa composition des Jupiters à l'Anguipède (géant à jambes serpentiformes),
cette œuvre s'en différencie par la présence d'un Génie ailé tenant un brin de foudre.

Il s'agirait selon certains de la représentation du triomphe de la lumière sur les ténèbres.

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !



NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !

Jadis, ce Jupiter, couronné de laurier, devait tenir un objet qu'il brandissait avec sa main droite.

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !

Ce groupe sculpté devait se trouver en hauteur sur une colonne.

NANCY (54) - Musée Lorrain : Jupiter chevauchant !
Le génie de la lumière aux ailes déployées et tenant un brin de foudre

 Chapiteau d'inspiration corinthienne avec ses feuilles grasses et des têtes émergeant
et servant de support au Jupiter chevauchant
 __________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés
 

mardi 12 mars 2019

PAREY-SAINT-CESAIRE (54) - Blanche Croix (1710)

A la sortie du village de Parey-Saint-Césaire, en allant en direction de Vitrey,
une croix de chemin, appelée la Blanche Croix, remonte à 1710.

PAREY-SAINT-CESAIRE (54) - Banche Croix (1710)
La Blanche Croix placée en bordure de champ face au Mont Thélod

PAREY-SAINT-CESAIRE (54) - Banche Croix (1710)

Sur une base pyramidale au sommet tronqué, un fût carré accueille le croisillon
dont seule l'une des faces comporte un Christ en croix ayant un buste
mince et longiligne, presque stylisé.

 D'après Jacqueline Desmons, spécialiste des croix en Lorraine méridionale,
cette croix appartient à un ensemble sculpté par le "Sculpteur des Christs fluets"
ayant œuvré dans les cantons de Colombey-les-Belles et Vézelise.

En effet, les Christs représentés sur ces croix de chemin affichent des bras très longs,
un périzonium à trois gros plis horizontaux, des jambes effilées et des pieds superposés.

PAREY-SAINT-CESAIRE (54) - Banche Croix (1710)
Le Christ en croix avec, au-dessus, un cartouche en biais portant l'inscription INRI

A l'extrémité du bras horizontal du croisillon, le sculpteur a figuré un fleuron.
______________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2019 © Tous droits réservés