Rechercher dans ce blog

jeudi 18 janvier 2018

METZ (57) - Conférence "Les ponts fortifiés de l'enceinte urbaine de Metz" (27 janvier 2018)

Mylène Didiot et Julien Trapp, membres d’Historia Metensis, proposent une conférence-visite
le samedi 27 janvier 2018 à la Porte des Allemands, de 14h30 à 16h.


À la fin du Moyen Âge, la ville de Metz est protégée par une vaste enceinte de près de 6 km de long.
Baignée par la Moselle et la Seille, la muraille franchit les deux rivières sous la forme de
quatre ponts fortifiés, véritables forteresses. À travers cette conférence, vous pourrez
découvrir leur configuration et leur fonctionnement grâce au travail mené par les
membres de l’association Historia Metensis, tant sur le terrain qu’en archives. 

Cette présentation sera suivie d’une visite du pont des Grilles de la Basse-Seille, dernier
vestige de ces portes d’eau, ainsi que de l’exposition « L’imprenable Metz ».

(Attention : le programme peut être modifié en fonction des conditions météorologiques)
 
Contacts :
Tél : 03 87 55 54 98

email : portedesallemands@mairie-metz.fr
 
______________________



Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2018 © Tous droits réservés

mercredi 17 janvier 2018

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

Remplaçant une simple estrade, le kiosque à musique du Parc de la Pépinière à Nancy,
a été construit par l'entrepreneur Bary au regard des plans et devis dressés par
l'architecte de la ville, Prosper Morey, le 4 septembre 1874, et achevé au printemps 1875.

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

Son style architectural s'inspire de celui de la Place Stanislas notamment avec ses lanternons.

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

Au début du XXe siècle, les mélomanes se pressaient pour écouter les ensembles se produisant
sous le kiosque à musique ; à l'époque de nombreuses chaises étaient disposées tout autour.

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)

NANCY (54) - Kiosque à musique du Parc de la Pépinière (1874-75)
______________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2018 © Tous droits réservés

lundi 15 janvier 2018

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915) de Robert Millefert (121e BCP)

Dès la fin de l'été 1915, les régiments français vont recevoir, au fur et à mesure, le casque Adrian,
en remplacement de la cervelière en acier que les Poilus mettaient sous leur képi.

J'ai eu le plaisir d'avoir entre les mains l'un de ces casques ayant appartenu à Robert Millefert,
soldat au 121e BCP recruté à Vesoul, et dont les descendants, aujourd'hui en Lorraine,
ont précieusement conservé cette relique de la Grande Guerre.

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)

Robert Millefert et sa plaque matricule de 1915

Ci-dessous, un extrait de son journal de guerre au moment du passage de son régiment,
le 121e BCP, dans la région de Nancy :
" Le 1er juin 1916, nous partons à Marron et à Sexey-aux-forges : vingt kilomètres à pied, pour
un jour d’Ascension, c’est fatigant ! Le lendemain, nous poursuivons notre route avec une étape
de vingt-cinq kilomètres. Nous arrivons péniblement encore à Vitrey. Cependant, en passant dans
les villages de Meurthe-et-Moselle, les civils nous présentaient du vin dans des seaux pour que
chacun y puise avec son quart, tout en restant au pas cadencé ! Les officiers nous interdisaient
d’en accepter. Arrivés dans notre nouveau cantonnement, toute la compagnie devait loger dans
un mauvais grenier. A tel point que nous avons formé le bivouac dans un pré voisin pour y dormir.
De plus, notre nourriture est très mauvaise depuis trois semaines : nous ne mangeons que des
lentilles, des harengs et de la morue. Le 3, nous allons à Haroué et à Affracourt en passant par
Vézelise où nous avons défilé devant le colonel Susbielle, commandant notre brigade."

 
Képi et sa cervelière d'acier

Avant la création du casque, 77 % des blessures reçues par les Poilus étaient localisées à la tête,
le chiffre tomba à 22 % dès 1916. Son utilisé fut donc prouvée même si on retrouve
parfois des casque Adrian percés de trous.

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)
Le cimier garni la partie sommitale du casque

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)
 L'insigne de chasseur (un cor) occupe la partie frontale du casque

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)
A la fin de la guerre, une plaque a été rivetée sur la visière en laiton avec
l'inscription «Soldat de la Grande Guerre 1914-1918».

GUERRE 14-18 : Le casque Adrian (1915)
 L'intérieur du casque est pourvue d'une protection en cuir et la jugulaire permet
de le maintenir en place sur la tête.
______________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2018 © Tous droits réservés