Rechercher dans ce blog

lundi 30 novembre 2015

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

Le village Lucey, dans le Toulois, dispose d'une église réédifiée au XVIIIe siècle.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

Le 3 septembre 1728, la première pierre de l'église fut posée par le curé de la paroisse,
Claude Varnerot, avec l'assentiment de l'évêque de Toul, Jérôme Bégon.

A l'occasion de cette reconstruction, une lame de métal avec l'inscription
"ANNO MDCCXXVIII LUDOVICI XV REGNATE FONDAVIT" (Année 1728, fondation sous
 le règne de Louis XV) fut placée à l'intérieur de la première pierre.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

Les travaux s'étalèrent de 1728 à 1732, grâce aux financement du chapitre de Toul, alors
propriétaire et collateur à Lucey et également grâce aux pieux dons des villageois.

Les fondations du chœur furent établis sur des pilotis, en raison d'un terrain marécageux.

La consécration de l'église par l'évêque de Toul intervint le 21 septembre 1733.

Elle fut alors dédiée à Saint-Étienne.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

Le clocher reçut de nouvelles cloches en 1849 et en 1893 ; elles furent fondues
dans les ateliers Farnier de Robécourt.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

La façade de l'église est valorisée par un bel escalier semi-circulaire en pierre de taille qui
mène au portail d'entrée au fronton triangulaire encadré par deux niches à conques
contenant une statue : Saint-Joseph (à gauche) et une Vierge à l'Enfant (à droite) ;
elles seraient en bois "repeint" et dateraient du XVIIe siècle.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)
L'escalier mène au portail antiquisant de l'église avec ses pilastres cannelés supportant
un entablement à triglyphes et métopes, le tout surmonté d'un fronton triangulaire.
La porte est en plein cintre et présente, d'espace juste au-dessus l'inscription
"DOMUS DEI  PORTA COELI" (Maison de Dieu et Porte du ciel)
LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

Le fronton conserve une petite statue de Saint-Étienne en bois, dans sa niche en plein cintre,
 réalisée par Jean-Luc Bouchot, et bénie le 9 août 1992 par le curé de la
paroisse, Roland Boudot.

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)
Façade - Niche en plein cintre à conque contenant la statue de Saint-Joseph
avec son fils, Jésus, au visage coupé et tenant une sphère.
LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)

LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)
Façade - Niche en plein cintre à conque comportant la statue de la Sainte Vierge
tenant son fils, Jésus, avec son bras gauche
LUCEY (54) - Eglise Saint-Etienne (XVIIIe siècle)
______________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

samedi 28 novembre 2015

SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)

La basilique Notre-Dame de Sion referme une exceptionnelle Vierge à l'Enfant dorée,
sculptée au XIVe siècle et placée dans le chœur en 1805.

SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)

Dénommée Vierge à l'Alérion ou Vierge à l'Oiseau, cette Vierge à l'Enfant
a été acquise après le retour de la vie religieuse à Sion, en 1797,
avec l'abbé Henry, prêtre assermenté.

SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)

Les Révolutionnaires ayant détruit l'ancienne Vierge à l'Enfant (Statue réputée miraculeuse
dite Notre-Dame de Sion, Vierge allaitant du XIVe ou XVe siècle), en 1793, il fut décidé
de la remplacer par cette Vierge dorée, provenant sans doute de la collégiale
de Vaudémont, village tout proche.

SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)

Cette oeuvre du XIVe siècle a été restaurée au cours du troisième quart du XIXe siècle
avec des repeints et ajouts de dorure. La Vierge et l'Enfant Jésus portent
une couronne, réalisée, en 1873, par l'orfèvre nancéien Daubrée.

Le 10 septembre 1873, le cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, posa
officiellement les couronnes sur les chefs de Marie et Jésus.

SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)
La Vierge tend l'alérion à son fils qui pose sa main sur le dos du volatile.
Ce dernier annonce généralement, de façon symbolique, le sacrifice
à venir du Christ lors de la Passion.
SAXON-SION (54) - Vierge à l'Alérion (XIVe siècle)

______________________ 

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

jeudi 26 novembre 2015

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

Le village de Ménil-la-Horgne, connu pour être le lieu de naissance de Dom Calmet,
moine bénédictin et érudit, conserve une église réédifiée au milieu du XIXe siècle.

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

De l'édifice primitif, nous ne savons rien.

Dans la nuit du 3 au 4 avril 1723, l'église fut fortement endommagée par un incendie ;
seule le clocher résista aux flammes.

La reconstruction de l'édifice fut alors engagée après le sinistre et sans doute achevé,
en 1773, comme l'indique le millésime placé dans le fronton
triangulaire du portail de la façade.

En 1840, l'église fut de nouveau reconstruite en conservant partiellement la façade.

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Façade avec le portail à pilastres soutenant un

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Clocher de la façade avec ses grandes fenêtres en plein cintre garnies
d'abats-sons ; on remarquera le lanternon ocotogonal

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Portail - Fronton triangulaire avec la date 1773, l'inscription DEO OPTIMO sur le linteau,
l'ange du cintre de la porte et au-dessus, l'oculus à 8 lobes

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Portail - Ange placé à la clef d'arc du cintre
MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

Portail - Millesime 1773 dans un triangle lui-même entouré de nuées et rayons divins.
L'entablement et le tailloir sont garnis de denticules et de triglyphes à fleurons

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Portail - Plante à bouton floral placé à gauche et à droite de l'ange.
L'arc en plein cintre de la porte affiche des oves et des flèches pointant vers l'intérieur

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Portail - Chapiteau inspiré de la Renaissance avec son tailloir orné d'oves et de flèches.
Un fleuron à quatre feuilles est placé juste en-dessous

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Clocher - Chapiteau corinthien à la cime du pilastre

L'église se compose d'un vaisseau associant une nef centrale et deux collatéraux,
tous sont voûtés en berceau ; ce dernier repose sur des colonnes 
à chapiteau ioniens. 

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
La nef et ses collatéraux voûtés en berceau
MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne


MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Chœur voûté en cul-de-four et ornée de peintures

Concernant le mobilier de l'église, quatre autels latéraux garnissent les collatéraux et
la chaire à prêcher est placée sur la dernière colonne de gauche, près du chœur ;
ils datent tous du XIXe siècle, bien que s'inspirant de l'art classique.

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne

MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
Pietà polychrome (XVIIe siècle)
MENIL-LA-HORGNE (55) - Eglise Saint-Bénigne
______________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

mercredi 25 novembre 2015

EPINAL et CHATEL-SUR-MOSELLE (88) - Colloque "Fortification et artillerie en Europe autour de 1500" (11-12 déc 2015)

Les 11 et 12 décembre 2015, un colloque international se tiendra à Epinal
et à Châtel-sur-Moselle sur le thème de la fortification des années 1500.





______________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

mardi 24 novembre 2015

ART-SUR-MEURTHE (54) - Maison dite du Père de Jeanne d'Arc

Selon la tradition, une maison jouxtant l'église paroissiale Saint-Aignan d'Art-sur-Meurthe,
serait l'une des demeures où naquit Jacques d'Arc, le père de la Pucelle.

ART-SUR-MEURTHE (54) - Maison dite du Père de Jeanne d'Arc

La façade de cette maison affiche un buste de Jeanne d'Arc ainsi qu'une niche
où se trouve une statue de la Pucelle agenouillée semblable à celle 
se trouvant dans la chapelle Forget de la cathédrale de Toul. 

Est-ce vraiment la demeure où naquit Jacques d'Arc ? On le suppose ; mais
Arc-en-Barrois, en Meuse, passe aussi pour être le village
de naissance du père de la Pucelle !

ART-SUR-MEURTHE (54) - Maison dite du Père de Jeanne d'Arc
Niche en ogive avec la statue de Jeanne d'Arc agenouillée

ART-SUR-MEURTHE (54) - Maison dite du Père de Jeanne d'Arc
Buste commémoratif de Jeanne d'Arc
______________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

dimanche 22 novembre 2015

A LIRE : "La Lorraine est si belle au printemps" de Julien Oster

Julien Oster, écrivain natif de Nancy, m'a récement remis gracieusement et en mains propres
l'un de ses romans abordant la Première Guerre Mondiale en Lorraine.


Nous sommes en 1916 lorsque le 90e Régiment d'infanterie est engagé sur le front pour bloquer
l'offensive allemande qui vise à enfoncer les lignes françaises au niveau de Verdun.

Émile Petitdidier, le "héros" de cette histoire combat vaillamment avec ses camarades avant
d'être blessé et de se retrouver à l'arrière où il est soigné et où il commence une nouvelle
vie tournée vers sa passion pour les roses....

Un roman poignant sur les atrocités de la guerre et sur la nécessité de les refouler !

Vous pouvez acheter ce roman auprès de son auteur en vous connectant
sur son site internet "Jukti" ici : http://jukti.e-monsite.com/
  
______________________ 


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés

vendredi 20 novembre 2015

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre de l'église Saint-Martin (XVe siècle)

L'église Saint-Martin de Pont-à-Mousson est connue pour conserver,
dans la chapelle gothique flamboyante de la première travée du bas-côté sud,
un remarquable sépulcre placé ici, vers 1430, pour l'un des commandeurs
de l'ordre des Antonistes, Baldemar-Johanis de Biebelnheim.

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

En effet, la mise au tombeau a été élevé entre 1425 et 1430 pour le tombeau
 du commandeur Baldemar Johannis de Biebelnheim.

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Partie supérieur de la chapelle ajourée de quadrilobes et affichant trois arcatures trilobées

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

Au regard du traitement des drapés, des chevelures, des barbes et des expressions
  des visages, il semble que le sculpteur se soit inspirer des Parler,
célèbres architectes et sculpteurs originaire d'Allemagne.
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

On peut également noter l'influence de la sculpture bourguignonne en comparant les anges
du sépulcre de Pont-à-Mousson à des œuvres réalisées, pour les ducs de Bourgogne,
par le sculpteur d'exception hollandais Claus Sluter.

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

Le sépulcre est composée des 13 personnages habituels que l'on retrouve généralement
dans d'autres compostions du XVe et du XVIe siècle en Lorraine et ailleurs :
de gauche à droite, Joseph d'Arimathie, un ange tenant une palme et la colonne sur
laquelle fut attaché le Christ pour être flagellé, Marie Salomé, Marie Cléophas
tenant un pot d'onguents, la Sainte Vierge soutenue par Saint-Jean,
Marie Madeleine avec un pot de parfum, un ange tenant la croix, le mateau
et les clous et enfin, Nicoméde.

Le Christ est allongé avec, à ses pieds, les trois soldats endormis.

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Nicomède avec sa longue barbe ondulée et son chaperon
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Saint-Jean soutenant la Vierge en pleurs
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Saint-Jean avec sa belle chevelure bouclée
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Marie-Madeleine
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
L'ange de droite avec ses cheveux bouclés

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Marie Salomé et Marie Cléophas tenant un pot d'onguents

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Marie Cléophas
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Marie Salomé

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Joseph d'Arimathie
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
L'ange de gauche tenant la palme du martyre et la colonne de la flagellation
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Le Christ au visage apaisé, couronné d'épines, à la barbe et cheveux ondulés
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
Les trois soldats allongés contre le tombeau
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)
La voûte de la chapelle avec les anges dominant la mise au tombeau
PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

PONT-A-MOUSSON (54) - Sépulcre d'église Saint-Martin (XVe siècle)

Cette mise au tombeau n'est pas visible car elle se trouve, depuis quelques mois,
dans un atelier de restauration !
____________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2015 © Tous droits réservés