Rechercher dans ce blog

jeudi 12 avril 2012

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

Le village de Norroy-le-Veneur possède l'une des plus belles églises gothiques fortifiées de Moselle bâtie à flanc de coteau. Je vous invite à découvrir son histoire et son architecture extérieure.

Aperçu historique

Le village de Norroy-le-Veneur est mentionné pour la première fois en 960 sous l'appellation de Nogaredum dans un diplôme émanant de l'empereur Otton 1er, conservé dans le cartulaire de la collégiale Saint-Pierre de Liège. Les chanoines liégeois étaient alors les seigneurs du village et, à ce titre, nommaient à la cure.

En 1049, le village de Norroy-le-Veneur est mentionné dans les chartes de l'abbaye de Saint-Arnould de Metz sous la forme de Nogaredum. On peut alors aisément imaginer que le chantier de l'église était sur le point de s'achever car la crypte romane (des années 1050), qui est conservée sous le chœur gothique, appartenait à un édifice remontant aux années 1100. En tout cas, l'église fut consacrée par l'évêque de Toul, Bruno d'Eguisheim-Dabo (1026-1052).

D'après un document daté du 18 avril 1138, deux autres seigneurs étaient possessionnés à Norroy-le-Veneur : le chevalier Dodon de Norroy (miles de Noeretz) et l’Hôpital Saint-Nicolas de Metz (son histoire est consultable ICI). A cette époque, ont-il favorisé l'église paroissiale ? Nul ne sait.

En juin 1231, les chanoines de Saint-Pierre de Liège décidèrent de faire un échange de biens et droits (bois, terres, cens, hommages, hommes, domaines, bans et justice) avec les moines de l'abbaye de Saint-Vanne de Verdun en raison de l'éloignement et de l'insécurité croissante qui ne leur permettaient pas de mener une bonne administration. Ainsi, le nouvel abbé verdunois avait pour fonction première de nommer l'officiant de l'église Saint-Pierre et de prélever la dîme.

En 1236, après un bref passage entre les mains verdunoises, le village et l'église de Norroy-le-Veneur passèrent à l'abbaye Saint-Vincent de Metz qui, en échange, se dessaisit de la terre d'Ornaville. L'église fut alors rénovée et même reconstruite en style gothique au cours du XIIIe siècle.

Dès le XIVe siècle, Norroy-le-Veneur fut placé au cœur des conflits opposant notamment les comtes de Bar puis les ducs de Lorraine à la ville de Metz (guerre des Quatre-Seigneurs de 1324-1326 ; guerre de 1362-1365 ; opérations militaires de 1369). Son église en subit les conséquences. Voyant l'état de délabrement du voûtement de la nef, les religieux de Saint-Vincent de Metz commandèrent une restauration, avec le financement précieux de quelques seigneurs locaux. En remerciement, les clefs de voûtes de la nef reçurent les blasons peints des bienfaiteurs.
La guerre de La Hottée de Pommes entre Lorrains et Messins entre 1427 et 1431 et celle de 1444-1445 plaça encore Norroy-le-Veneur et son église au centre des combats.

De 1470 à 1503, les hostilités étant loin d'être finies, le village de Norroy-le-Veneur devint, dès 1475, l'un des centres des opérations militaires du duc René II de Lorraine contre les Messins, en même temps que Semécourt. Ainsi, tandis que la nef et le clocher de l'église furent percées des canonnières, le chevet reçut, dans l'angle nord-est, une échauguette (dont il ne reste que les corbeaux).

Le 5 mars 1490, d'après les "Chroniques" de Philippe de Vigneulles, les Messins brulèrent le village et son église ("... partirent de Metz plusieurs compaignons de guerre à chevaulx et à pieds... et furent courre à Rombay et à Moyeuvre ; puis ils revinrent par Norroy devant Metz, et la baillèrent, réservé les maisons qui sont du ban Saint Vincent au dit lieu") ; puis libérèrent leur "compatriotes" alors prisonniers dans la crypte romane. Les remparts, qui enserraient l'église, ne lui furent vraiment d'aucune utilité.

A la fin du XVe et au début du XVIe siècles, l'église subit de gros travaux qui supprimèrent la quasi totalité de l'édifice mis à part la crypte romane. Voûtée sur croisées d'ogives à clefs blasonnées (des seigneurs de Norroy-le-Veneur et du duc de Lorraine), la nef s'orna, dès 1510, de superbes vitraux, œuvres de Thomas de Clinchamps, maître-verrier de la cathédrale de Metz.

En 1540, l'ecclesia de Nauriaco faisait partie du diocèse de Metz, archidiaconé de Marsal, archiprêtré de Rombas avec l'abbé de Saint-Vincent de Metz comme collateur.

En 1574, le chœur de l'église menaçant de s'effondrer, les fonctionnaires du duc Charles III de Lorraine enjoignirent les religieux de Saint-Vincent de Metz de s'occuper de son rétablissement. Essuyant un refus, le duc de Lorraine fit alors saisir les dîmes allouées à l'église pour financer les travaux de restauration, qui s'achevèrent par l'ajout de bretèches sur le chevet. Ce dernier devint ainsi une véritable tour défensive.

Au cours de la Guerre de Trente, Norroy-le-Veneur et son église subirent de sérieux désagréments. En 1620, le curé N. Guerquin finança, avec les dîmes, les réparations de l'église qui en avait apparemment besoin. En 1636, les Suèdois saccagèrent et incendièrent Norroy-le-Veneur et son église, obligeant encoreà de nouvelles réparations.

En 1655, l'enceinte fortifiée de l'église de Norroy-le-Veneur fut abattue sur les injonctions du gouverneur royal.

La charge de vicaire, créée à Norroy-le-Veneur par l'évêque de Metz en 1690, fut transférée à Fèvres en 1755.

Après la destruction partielle du clocher, celui-ci fut reconstruit et accueillit de nouvelles cloches le 31 décembre 1691 grâce au prévôt de Norroy-le-Veneur, Jean de Larue, qui en fit généreusement don. Une nouvelle cloche, beaucoup plus volumineuse, fondue en 1733 et provenant de l'abbaye de Senones, remplaça celle de 1691.

De 1852 à 1854, une nouvelle charpente couverte de tuiles creuses remplaça l'ancienne alors devenue vétuste.

En 1849, le maître-verrier messin Charles-Laurent Maréchal (1801-1887), restaurateur des vitraux de la cathédrale de Metz à partir de 1842 (jusqu'en 1872), fut chargé de redonner tout leur éclat à ceux de Thomas de Clinchamps. Ses ateliers, situés 4 rue de Paris, accueillirent alors les verrières pour une remise en état.

Le 16 février 1930, la crypte fut classée monument historique.

En 1934, l'Atelier de l'art du vitrail Thiria, actif à Metz de 1859 à 1938, reprit les précédentes restaurations des vitraux du 1er quart du XVIe siècle.

Le 21 septembre 1983, c'est l'église fut entièrement protégée et, en 1994, les vitraux furent inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Enfin, de février 1998 à octobre 2007, l'église fut patiemment restaurée avec notamment la restitution des bretèches du chevet fortifié (dont je n'ai pas encore eu le privilège de voir, mais je vous invite à consulter le site internet de la mairie de Norroy-le-Veneur pour admirer le résultat en cliquant ICI)

_______________________________ 

Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus !

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
 Vue d'ensemble depuis le nord et le sud
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
 Le chevet fortifié avec les corbeaux recevant les bretèches
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
Le chevet fortifié - Fenêtre gothique à remplages trilobés
et rosace quadrilobée


NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur) - Vierge à l'Enfant
Le chevet fortifié - niche gothique avec une
Vierge à l'Enfant du XVe siècle

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
Côté nord - L'escalier menant au nord de l'église.
Baies romanes et gothiques puis restes de corbeaux
soutenant une ancienne échauguette
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
Voilà à quoi devait ressembler globalement l'échauguette de Norroy-le-Veneur
(dessin tiré de l'encyclopédie médiévale de Violet-le-Duc)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
 Clocher fortifié avec ses ouvertures de tir et ses baies géminées
de l'étage campanaire
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
 Clocher fortifié - Canonnière à lunettes du XVIe siècle
et archères à étrier modifiée pour l'artillerie.
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)
 La nef - Bas-côté sud avec ses baies et ses canonnières.
NORROY-LE-VENEUR (57) - L'église Saint-Pierre (Extérieur)

_________________________

Localisation du village de Norroy-le-Veneur en Moselle


Situation de l'église Saint-Pierre dans Norroy-le-Veneur
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ICI )
 
____________________

Copyright - Olivier PETIT - 2012 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire