Rechercher dans ce blog

mercredi 21 septembre 2011

BUREY-EN-VAUX (55) - La Croix-calvaire

Le village de Burey-en-Vaux a mis en valeur l'une de ses croix de chemin en lui réservant un espace triangulaire au croisement de deux voies.

Datée de 1618, cette croix-calvaire a cependant subie les outrages du temps avec la perte des bras du Christ et la partie supérieure du croisillon reconstituée avec l'inscription "INRI".

La face principale de la croix, présente, comme de coutume, le Christ en croix associé à la Sainte Vierge et à Saint-Jean l’Évangéliste. Au revers, on trouve, non pas une Vierge à l'Enfant, comme c'est souvent le cas, mais Sainte-Libaire, tenant de son bras gauche une quenouille et de son bras droit, une épée, objet de son martyr (la décollation) ; à ses pieds, quelques moutons paissent tranquillement.

________________________________

Localisation du village de Burey-en-Vaux dans la Meuse

Situation de la croix dans le village de Burey-en-Vaux
________________________________




Le Christ en croix (les bras sont manquants) entouré de la Vierge Marie (à droite)
et de Saint-Jean l’Évangéliste (à droite)

Le Christ

Vierge Marie auréolée, les mains jointes

Saint-Jean-l’Évangéliste auréolé et tenant un ouvrage de sa main gauche

Sainte-Libaire et le millésime "1618" dans un cartouche

Sainte-Libaire tenant, de sa main droite, une épée (rappelant son martyr : la décollation),
de sa main gauche, une quenouille ; et sous ses pieds, des moutons paissant.

Sainte-Libaire tenant une quenouille de son bras gauche et serrant,
de sa main droite, l'épée, objet de son martyr !
____________________

Copyright - Olivier PETIT - 2011 © Tous droits réservés

6 commentaires:

  1. Ne serait-ce pas plutôt une quenouille ?

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, il pourrait bien s'agir d'une quenouille que la sainte tient dans sa main gauche ! Je modifie d'ailleurs mon commentaire !

    RépondreSupprimer
  3. Saint Jean-Baptiste sous la croix ? Uniquement sur le rétable d'Issenheim, et nulle par ailleurs, et ce pour de bonnes raisons : Jean-Baptiste était mort longtemps avant son cousin Jésus. (On se souvient : la danse de Salomé, la tête du Baptiste présentée sur un plateau... un sujet abondamment traité par les peintres de toutes époques.)

    Cependant, on trouve habituellement deux personnes représentées sous la croix, conformément au récit biblique de l'Évangile de Jean, ch.19, v. 26-27. Il s'agit de Marie, mère du Christ, et du "disciple bien-aimé" habituellement identifié au disciple Jean (ce qui paraît assez peu probable) et à l'auteur de cet évangile, ce qui est déjà moins fantaisiste. La statuette sur ce calvaire a donc toutes raisons de porter un livre sous son bras, puisqu'elle représente non pas Jean le Baptiste mais Jean l'Évangéliste.

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait...il s'agit bien de Saint Jean l’Évangéliste et non pas Saint Jean Baptiste !! C'est une erreur de ma part...corrigée immédiatement !

    RépondreSupprimer
  5. J'avais cru qu'il s'agissait de Jeanne d'Arc, à cause de la quenouille du fuseau (je n'y vois pas une épée !) et des moutons, mais en 1618.... elle était encore peu (re)connue.
    Cependant, on est entre Domrémy et Vaucouleurs.

    Mais comme Sainte Libaire est la patronne de Burey, le doute existe.

    RépondreSupprimer
  6. Il est vrai que l'épée n'est pas très lisible mais lorsqu'on sait que la sainte a été décapité (en même temps que ses frères Saint Élophe et Saint Euchaire)... alors on peut imaginer qu'il s'agisse d'une épée ou du moins d'une arme de ce type !

    RépondreSupprimer