Rechercher dans ce blog

lundi 9 mai 2016

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

Situé à mi-chemin de Nancy et d’Épinal, Bainville-aux-Miroirs a conservé les vestiges d'un
ancien château-fort édifié par les comtes de Vaudémont au XIIIe siècle. Avec son aiguille
de pierres pointant vers le ciel, le donjon de Bainville-aux-Miroirs mérite vraiment votre visite !

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Vue d'ensemble avec l'aiguille de pierre en élévation
BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

Relevant de la châtellenie de Châtel-sur-Moselle, Bainville-aux-Miroirs devint un endroit
stratégique pour les comtes de Vaudémont alors en conflit ouvert
avec les ducs de Lorraine.

Il semblerait en effet que la forteresse de Bainville-aux-Miroirs vit le jour aux alentours des
années 1260-1261 au moment où les tensions étaient vives. Au début de l'année 1261,
Henri 1er de Vaudémont (1244-1278) accompagna son suzerain le comte Thiébaut II
de Bar (1239-1291) alors en guerre contre Philippe de Florange, le nouvel évêque
de Metz (1261-1263) et son allié le duc Ferry III de Lorraine (1251-1303).

En 1262, la châtellenie de Bainville-aux-Miroirs était un poste avancé de Châtel-sur-Moselle.
Le château existait alors déjà, en totalité ou en partie. Le chroniqueur Jean de Bayon
annonce, dans sa chronique de l'abbaye de Moyenmoutier
(Chronicon Mediani-Monasteri), que la construction remontait à l'année 1261.

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Le troisième niveau avec l'ouverture dans le mur correspondant au couloir

Alors que les hommes du comte de Vaudémont, basés au château de Bainville-aux-Miroirs,
commirent de graves exactions à l'encontre des moines de Saint-Evre de Toul provoquant
le courroux de l'abbé qui s'en plaignit au duc de Lorraine. Ainsi, en janvier 1264, ce
dernier promit aux religieux de les protéger contre les futurs méfaits comtaux.

Le 12 mars 1265, le comte de Vaudémont rendit hommage à son suzerain le comte de Bar
pour sa forteresse bainvilloise. A cette occasion, les bourgeois et chevaliers dépendant
du château, prêtèrent également serment de fidélité au comte.

A partir de mars 1268, le chevalier Olry de Parroy devait assurer 6 mois de garde par an
au château de Bainville-aux-Miroirs. Moyennant 140 livres provinoises, il put édifier
alors un logis à l'intérieur ou l'extérieur de la forteresse pour son confort.

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Le troisième niveau avec le départ de la voûte

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

En novembre 1268, le comte Henri 1er de Vaudémont signa la paix avec le duc Ferri III de
Lorraine et reconnut qu'il avait illégalement construit le château de Bainville-aux-Miroirs
et incommodé les moines vivant à proximité. Ainsi, il rétablit les droits seigneuriaux
de l'abbaye qui en retour reconnu officiellement l'existence de la forteresse.

L'agrandissement de la forteresse fut même autorisée à la condition expresse que
l'extension n'excède pas une certaine superficie, sous peine d'excommunication !

En juillet 1270, le comte de Vaudémont, sur le départ pour la croisade et très endetté
(5970 livres), fut contraint de confier la gestion du château de Bainville-aux-Miroirs à
son suzerain, le comte de Bar, qui désigna notamment le personnel castral.
Cependant, le comte de Salm eut pour responsabilité de défendre ses intérêts.

En 1279, le comte Renaud de Vaudémont (1278-1279) décéda brutalement provoquant
le partage du domaine comtal entre ses deux frères, Henri et Jacques. Bainville-aux-Miroirs
tomba ainsi dans l'escarcelle de Jacques de Vaudémont.

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Les salles voûtées
BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

Avec le décès des deux frères en Italie en 1299, la châtellenie de Bainville-aux-Miroirs
revint au fils d'Henri II, Henri III de Vaudémont (1299-1349).

Les comtes Henri IV et Henri V de Vaudémont se succédèrent en restant maître du
château de Bainville-aux-Miroirs.

Puis par mariage d'Alix de Vaudémont avec le seigneur Thiébaut de Neufchâtel, en 1373
 le château de Bainville-aux-Miroirs tomba entre les mains d'un vassal du duc de
Bourgogne tout en restant un fief relevant du comte de Bar. Ainsi, à partir du XVe siècle,
 la forteresse joua un rôle dans la guerre opposant les Maisons
de Lorraine et de Bourgogne.

Le 19 novembre 1467, le duc de Lorraine demanda la confiscation de Bainville-aux-Miroirs
car le sire de Neufchâtel, Thiébaud VI, n'obéissait qu'à un seul maître, le nouveau duc
de Bourgogne, Charles le Téméraire (1467-1477). La forteresse fut donc impliquée
dans la guerre qui se profilait entre la Lorraine et la Bourgogne.

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Ouverte en arc brisé bouchée donnant sur une salle dont la voûte s'est effondrée

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
La niche de la salle voûtée en anse de panier

En 1468, la forteresse, assiégée par les hommes du duc de Lorraine, fut laissée à l'état
de ruine, les pierres étant récupérées pour d'autres constructions.

En 1477, après la bataille de Nancy, le château de Bainville-aux-Miroirs fut confisqué par

La forteresse fortement endommagée, devint une ruine "romantique".

Ce n'est qu'au XIXe siècle que le château fut dégagé d'une partie de sa gangue de gravats.

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
La porte donnant accès au vestibule
BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

Du château de Bainville-aux-Miroirs, il reste des vestiges correspondant à l'ancien donjon
ovoïde, démantelé en 1468. Construit à l'extrémité de l'éperon dominant le village, il est
 placé idéalement pour observer les alentours. Séparé du prieuré, tout proche, par un
 fossé de 10 mètres de large sur 100 mètres de long avec une
profondeur actuelle de 4 mètres.

Le donjon a été en partie dégagé au XIXe siècle laissant apparaître la maçonnerie
dégagée des gravats empêchant la lecture générale du monument. Ainsi on accède
au rez-de-chaussée, en empruntant une porte piétonne placée au nord dont il
subsiste la feuillure dans laquelle glissait la herse et le trou de blocage de la poutre.

Passée la porte, un couloir mène à une sorte de vestibule desservant une
chambre de tir à l'ouest et deux salles voûtées au sud.

Le donjon dans son environnement
(d'après Gérard Giuliato)

Plan du donjon
(d'après Gérard Giuliato)

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
L'un des trous correspondant à une ancienne fenêtre du 1er étage

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
La porte d'entrée vue depuis l'extérieur

On accédait au premier étage par un escalier dont on peut encore voir le départ. L'état de
délabrement très avancé du donjon ne permet pas de connaître avec certitude la
disposition des pièces. Il reste cependant des trous béants correspondant à
l'emplacement de grandes baies (à l'ouest et au nord) et une latrine (à l'est).

Le second niveau disparu devait probablement ressembler au premier par l'agencement
des pièces. Le troisième niveau a gardé la retombée d'un arc d'ogive et une ouverture
rectangulaire rappelant l'existence d'un couloir aménagé dans les murs.

Le dernier niveau peut être associé à la partie sommitale du donjon
crénelé et doté d'une toiture conique (?).

Bien que construit à partir de la seconde partie du XIIIe siècle, les analyses réalisées
au carbone 14 sur des charbons de bois retrouvés confirment que le donjon
a été reconstruit au début du XVe siècle, entre 1410 et 1447 !

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
La porte d'entrée vue depuis le vestibule

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Le vestibule depuis la salle voûtée en anse de panier

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Le vestibule avec la porte donnant dans une chambre de tir depuis le 1er niveau

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Salle de tir

BAINVILLE-AUX-MIROIRS (54) - Le donjon du château comtal
Vestige d'une latrine

____________________________________

Localisation du village de Bainville-aux-Miroirs

Situation du donjon dans Bainville-aux-Miroirs
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ICI)
____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2011 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire