Rechercher dans ce blog

jeudi 19 avril 2018

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance (Début XVIIe siècle)

Au 4bis de la rue du Vieux Pensionnat, le visiteur peut admirer une maison
possédant un oriel renaissance richement décoré.

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

L'oriel qui occupe l'angle de la maison remonte au début du XVIIe siècle
et repose sur un cul-de-lampe pyramidal.

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

Une porche cochère en plein cintre subsiste.

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

L'oriel présente deux niveaux d'élévation avec des fenêtres rectangulaires partiellement murées.

Sous ces ouvertures, de remarquables éléments sculptés : entrelacs, mufle de lion,
tête d'un homme feuille, têtes d'un couple semblant être les propriétaires...

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

Au premier niveau, l'oriel affiche donc le couple propriétaire de la maison ;
le mari présente des cheveux bouchés et un barbe ; la femme possède des cheveux ondulés.

Entre les deux visages, le sculpteur a figuré leurs initiales F et W dans un phylactère.

En-dessous, on remarquera des outils.

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
1er niveau - Tête de femme à la coiffure composée de serviettes maintenues par des liens

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
1er niveau - Ange aux ailes déployées

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
2e niveau - Homme feuille

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
2e niveau - Mufle de lion tenant un anneau dans sa gueule, dans un décor d'entrelacs et volutes

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
1er niveau - Lions tirant la langue et à la longue toison

FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
2e niveau - Entrelacs
FENETRANGE (57) - Maison à l'oriel renaissance
__________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine - 2018 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire