Rechercher dans ce blog

mardi 5 septembre 2017

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Le Musée Georges de la Tour de Vic-sur-Seille conserve dans ses collections de sculpture
médiévale et renaissance, une œuvre d'exception : la Pâmoison de la Vierge.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Attribuée dès sa découverte au célèbre Maître de Chaource lors de la construction d'une
maison, en 1990, sur un terrain jadis occupé par l'ancienne collégiale Saint-Étienne ,
cette Pâmoison de la Vierge appartenait à une mise au tombeau du XVIe siècle.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Les visages émaciés et les cheveux de Saint-Jean et de la Vierge rappellent effectivement l’œuvre
du Maître de Chaource, mais des éléments sculptés, notamment les galons perlés et
les inscriptions sur fond de quadrillage, font immédiatement penser à deux autres
maîtres : Jean Crocq et Mansuy Gauvain, sculpteurs lorrains.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Cette œuvre et l'ensemble de la mise au tombeau disparue sont peut-être le fruit
d'une collaboration entre les maîtres !

On peut aussi imaginer que l'auteur de cette Pâmoison est un sculpteur ayant
fréquenté les ateliers du Maître de Chaource, de Jean Crocq et de Mansuy Gauvain.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

La tête penchée en avant et sur la droite, la Vierge entrouvre la bouche, trois larmes
s'échappent de son œil gauche et coulent sur sa joue ; le Maître de Chaource
n'a jamais fait figurer de larmes sur ses sculptures connues

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)
Les mains jointes avec les doigts imbriqués et les pouces croisés rappellent
celles de la mise au tombeau du Maître de Chaource
VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

La disposition des cheveux du Saint-Jean, notamment les deux mèches sur le front
rappelle immédiatement les œuvres du Maître de Chaource.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Par contre, comme pour la Vierge, des larmes sont figurées sur le visage de Saint-Jean,
ce que l'on ne trouve jamais dans les sculptures connues du Maître de Chaource.

 Mise au tombeau du Maître de Chaource - Le Saint-Jean arbore une
coupe de cheveux très semblable avec ses deux mèche sur le front.

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)

Le galon perlé à l'inscription sur fond de quadrillage qui décore le col de Saint-Jean
fait plutôt penser aux réalisations de Jean Crocq et de Mansuy Gauvain.

Détails des galons de la pietà de Pont-Saint-Vincent (à gauche et attribué à Jean Crocq)
et de la Vierge de l'Annonciation (à droite et encore attribué à Jean Crocq)
 Vierge au Manteau ou Notre-Dame de Bonsecours attribuée à Mansuy Gauvain ;
le galon est semblable à ceux de Jean Crocq
(Conservée à l'église Notre-Dame de Bonsecours de Nancy)

Détails du manteau de la Vierge à l'Enfant attribué à Jean Crocq
 (conservé au Musée National du Moyen-Age)

VIC-SUR-SEILLE (57) - Musée Georges de la Tour : La Pâmoison de la Vierge (XVIe siècle)
La longue chevelure de Saint-Jean

A ma connaissance et au regard de ses œuvres connues toutes visibles dans l'Aube,
le Maître de Chaource n'a jamais exercé ses talents au-delà de Joinville et de la Champagne.

Il faut donc imaginer que cette Pâmoison de la Vierge est l’œuvre d'un disciple du
maitre champenois mais pas seulement car il a fait figuré des éléments
empruntés aux maîtres lorrains : Gauvain et Crocq.
____________________________


 Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire