Rechercher dans ce blog

dimanche 31 octobre 2010

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau, un édifice en danger !

Après l'avoir visitée en 2004, j'ai encore constaté aujourd'hui que la chapelle templière de Libdeau est dans un triste état, et cela malgré le débroussaillage récent, qui a dégagé l'édifice ! C'est déjà une bonne chose ! Mais il reste beaucoup à faire comme désencombrer l'intérieur, stabiliser les murs et les voûtes et changer la toiture qui présente des affaissements laissant passer la pluie ! Cette chapelle templière mérite un meilleur traitement !

Intégrée au hameau agricole de Libdeau, situé sur la gauche de la N411 en allant vers Dieulouard, la chapelle présente dans son prolongement un abri réservé aux bottes de foin, ce qui dénature encore le site !

_________________________________________

Aperçu historique

Pour restituer l'histoire de la commanderie de Libdeau, les archives sont minces ! Les archives de Meurthe-et-Moselle possèdent une dizaine de documents médiévaux rappelant les dons faits aux Templiers entre 1214 et 1272.

Cette chapelle templière remonterait au dernier tiers du XIIe siècle, au moment où  les évêques de Toul favorisent l'Ordre du Temple. En effet, un document émanant de l'évêque de Toul, Pierre de Brixey (1165-1191) confirme ce que son prédécesseur, Henri de Lorraine (1126-1165), avait octroyé aux frères du Temple, le droit d'usage et  le droit faire paître leurs bêtes à Libdeau. Peux-t-on imaginer que la commanderie a vu le jour sous les pontificats des deux prélats ? Mais à quelle date la commanderie a été édifiée ? Nul ne peut l'affirmer avec certitude, mais des indices architecturaux peuvent étayés l'idée que la chapelle est sortie de terre entre le moment de la donation épiscopale et le début du XIIIe siècle.

L'Ordre du Temple décida de bâtir ici, en rase campagne, une commanderie chargée de faire fructifier les produits de la terre ainsi que les nombreuses donations (bois, prés, moulins, granges, maison...). Avec la suppression de cet ordre, le 22 mars 1312 au concile de Vienne (par la bulle pontificale Vox in excelsio), la commanderie est confiée, comme toutes les autres d'ailleurs, à l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dénommé aujourd'hui Ordre de Malte.

En 1636, les bâtiments sont incendiés, seule la chapelle en réchappe ! A partir de 1790, Libdeau devient une exploitation agricole avec tout ce que cela comporte...

L'architecture

Bien qu'en partie délabrée, la chapelle conserve de beaux vestiges remontant aux XIIIe et XIVe siècle. L'énorme rosace gothique qui occupe le mur Ouest  (qui faisait office de façade à l'édifice) dont les remplages sont bouchés. est saisissante ; on imagine ici les vitraux occupant les espaces à l'origine vides. Juste au-dessus de cette rosace subsiste une petite ouverture ébrasée en plein cintre, rappelant que la Lorraine a gardé des traits architecturaux romans plus longtemps que les régions de l'Est et du Sud. Il subsiste également trois baies gothiques géminées à oculus en partie bouchées (deux sur le mur sud et une sur le mur nord).

L'intérieur, encombré par des poutres de bois, offre de belles voûtes sur croisées d'ogives gothiques à clefs de voûte à fleuron. Malheureusement, des morceaux de la voûte sont déjà tombés laissant apparaître la charpente et la toiture, elles-aussi en piteux état. Du dallage d'origine, il reste quelques dalles cachées sous les détritus !

Si vous visitez le Musée Lorrain de Nancy, vous aurez l'occasion de voir le portail du 1er âge gothique qui figurait au-dessous de la grande rosace du mur Ouest. Il présente, sous un arc trilobé, un tympan historié avec une Vierge à l'Enfant encadrée de deux anges thuriféraires, l'un vêtu d'une dalmatique et l'autre d'une chape (il est visible ici).
_____________________

Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus !

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

TOUL (54) - La chapelle templière de Libdeau

La chapelle commence à s'effondrer !  (d'autres photos ici)

Voyez également les deux vidéos de la chapelle, en cliquant ICI  et ICI

________________________________________

Localisation de la chapelle de Libdeau en Meurthe-et-Moselle


Localisation de la chapelle dans le hameau de Libdeau près de Toul
__________________________________________

Il faut faire quelque chose pour sauver et préserver
ce patrimoine templier unique en Meurthe-et-Moselle.
La perte d'un tel témoignage du passé de l'Ordre du Temple serait terrible !
Mobilisons-nous vite !


La chapelle commence à s'effondrer !  (Photos ici)



Vous pouvez également acheter le livre "Les Ordres militaires en Lorraine" de Michel Henry, au prix de 25 euros


en cliquant sur la jaquette ci-dessous



Les bénéfices seront alloués à la restauration de la chapelle
_________________________________________

Pour poursuivre la découverte de ce lieu unique en Lorraine,
voilà quelques liens utiles :

Sur Wikipedia
Sur le site Templier.org (avec mes photos prises en 2004)

Sur le site Etudes Touloises

Sur le site Templier.net
Libdeau


____________________
Copyright - Olivier PETIT - 2010 © Tous droits réservés

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

Situé au nord-est de Nancy et à l'est de Pont-à-Mousson, sur le chemin de la cote de Delme, le modeste village de Lemoncourt (dénommé Lymuncurt en 1181 et 1192) possède l'un des plus beaux édifices du 1er âge gothique : l'église paroissiale Notre-Dame (XIIe-XIVe siècle).

Aperçu historique

Cette église, qui dépendait à la fois des abbayes messines Sainte-Glossinde et Saint-Vincent, a été construite vers la fin du XIIe siècle comme en témoigne son clocher, fortifié par la suite, puisqu'on dénombre quatre archères, une par côté de la tour ! Au cours du deuxième quart du XIIIe siècle, l'église est en partie reconstruite ; la nef reçoit un voûtement sur croisées d'ogives et la façade se dote d'un superbe portail du 1er âge gothique dont le tympan figure le Couronnement de la Vierge. Au XIVe siècle, les voûtes sont refaites et des restaurations sont effectuées au XIXe siècle. Enfin, l'édifice est classé monument historique en 1930.

L'architecture

Le clocher, encore de tradition romane aux baies géminées et aux archères à étrier en triangle (mises en place à la fin du XIIe siècle pendant une période trouble), domine toujours l'église du deuxième quart du XIIIe siècle. La façade comporte un très beau portail du 1er âge gothique avec un tympan historié montrant le Couronnement de la Vierge par le Christ situé à sa droite, sous le regard bienveillant de deux saints agenouillées : le diacre Saint-Vincent (à droite) tenant dans ses mains la palme du martyr et Sainte-Glossinde (à gauche), les mains jointes sous un dais tenus par deux anges, un la surplombant et l'autre juste derrière elle. La présence de ses deux saints-patrons n'est pas sans rappeler que l'église de Lemoncourt relevait des abbayes Saint-Vincent et Sainte-Glossinde de Metz pour moitié. Le remarquable tympan est encadré par des voussures en plein cintre encore bien romanes retombant sur les chapiteaux à crochets soutenus par les colonnes des pieds-droits. En ce qui concerne l'influence artistique, on peut seulement dire qu'avec ses cheveux ondulés et ses joues pleines, la Vierge du tympan a des ressemblances avec la Vierge de la Visitation du portail de la cathédrale de Reims, excepté évidement la qualité d'exécution de cette dernière, qui demeure bien supérieure !

A l'intérieur, la nef unique, qui est courte (deux travées), se finie par un chœur à chevet plat doté de trois fenêtres en plein cintre, rappelant quelque peu l'art cistercien (comme à l'abbaye de Fontenay en Bourgogne ou à celle du Thoronet dans le Var) ! Voûtée sur croisées d'ogives (XIIIe-XIVe siècles) avec clefs de voûte tantôt à fleurons tantôt à petits personnages et animaux, la nef présente des sculptures ornementales de toute beauté comme les statues-colonnes (à la retombée des voûtes) représentant notamment des anges. On découvre également des chapiteaux différents (souvent à feuillages et pour certains encore romans dans leur conception puisqu'on retrouve des palmettes et entrelacs comme on en trouve régulièrement dans d'autres édifices religieux romans de la région) et des têtes d'hommes et de femmes (toujours à la retombée des voûtes) identifiés par certains comme la Vierge (?), Sainte-Anne (?), le Christ (?)...


Place maintenant aux illustrations qui vous invitent à la découverte de cette église trop méconnue...

_______________________________

Un petit montage vidéo sur le portail gothique
(vous risquez de perdre en qualité en l'agrandissant !)

video

_______________________________________

Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus !

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le clocher en partie roman et la façade avec son portail gothique
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le portail du 1er âge gothique
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le tympan avec le Couronnement de la Vierge sous des voussures en plein cintre
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Sainte-Glossinde (?)
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le diacre Saint-Vincent (?)
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Un ange
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Chapiteaux à crochet supportant les voussures en plein cintre
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Clocher - Archère à étrier triangulaire (fin XIIe siècle)
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
La nef unique voûtée sur croisées d'ogives gothiques
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le voûtement gothique sur croisées d'ogives avec clefs
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Clef de voûte à fleuron
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Personnage et animal (chien ?) au croisement des ogives

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Pilastre droit historié supportant la voûte
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame

LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Pilastre gauche fleurdelisé supportant la voûte
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Pilastre gauche avec statue-colonne et colonnes à chapiteau à crochets
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Ange sculpté sur le pilastre gauche
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Tête d'homme abîmée avec sa coiffure typique du XIIIe siècle et polychromie
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Chapiteaux du pilastre gauche
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Pilastre droit avec statue-colonne et colonnes à chapiteaux
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Tête de l'ange de la statue-colonne du pilastre droit
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Le chœur à chevet plat voûté sur croisée d'ogives gothiques
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Chapiteau du chœur à entrelacs et palmette au centre
LEMONCOURT (57) - Eglise paroissiale Notre-Dame
Chapiteau du chœur à feuilles superposées

Cette petite église rurale mérite vraiment votre visite notamment pour la beauté de son portail historié qui figure parmi les joyaux de l'art gothique des débuts du XIIIe siècle.
___________________________________________

Localisation de Lemoncourt en Moselle
______________________________________________


Situation de l'église dans le village de Lemoncourt
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ICI )

____________________

Copyright - Olivier PETIT - 2010 © Tous droits réservés

lundi 25 octobre 2010

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy

Situé à quelques kilomètres d'Allain et de Colombey-les-Belles, le petit village de Bagneux a conservé de son passé l'église paroissiale Saint-Rémy dont le clocher roman mérite à lui seul une visite., C'est l'ultime vestige du sanctuaire médiéval après le passage des Suédois vers 1632, en pleine guerre de Trente Ans.

Aperçu historique

Dénommé Baniacum en 836 dans une charte de l'évêque Frotaire de Toul, le village prend le nom de Banniolum fin Xe siècle et celui de Banvolium cum ecclesia en 1065 au moment où les chanoines de Saint-Gengoult de Toul peuvent nommés le curé de la paroisse. On peut alors supposer que l'église est reconstruite à ce moment à l'emplacement du sanctuaire primitif carolingien.

Dans la seconde moitié du XIIe siècle, l'église est encore réédifiée en style roman tardif dont le clocher est le dernier témoignage. Certains avancent même que ce dernier daterait des alentours de 1200.

Vers 1400, on apprend, dans le Pouillé de Toul, que le trésorier du chapitre de Saint-Gengoult de Toul nomme toujours à la cure de Bagneux. A cette époque, des ajouts gothiques ont-ils fait leur apparition ? Difficile à dire. En tout cas, il n'en reste rien.

Avec le passage de la soldatesque suédoise au XVIIe siècle, l'église est ravagée ; la nef détruite est reconstruite dans le style de l'époque et le clocher modifié dans sa partie supérieur en faisant disparaître les ouvertures romanes du sommet. Des contreforts sont apposés contre clocher rescapé et l'ouverture principale aménagée à la base de ce dernier.

Enfin en 2001, une restauration du clocher redonne de l'éclat à ce patrimoine roman qu'il faut admirer même si certains le trouveront ténu...
_________
 
L'architecture 

Au-delà de la nef sans grand intérêt, nous nous intéressons davantage aux vestiges médiévaux romans du clocher.

Étant à l'origine la travée droite du chœur, ce clocher dispose, au rez-de-chaussée, d'un voûtement roman à croisées d'ogives retombant sur des culots historiés représentant les symboles des quatre évangélistes. Seuls deux ont été conservés : l'aigle de Saint-Jean et l'ange de Saint-Matthieu On devine également à la retombée d'une des ogives, une tête couronnée qui semble rapportée !

Les deux chapiteaux massifs supportant l'arc triomphal d'aujourd'hui (mais qui ne l'était pas à l'époque romane) attirent notre attention par leur décor particulier. En effet, celui de droite en entrant développe sur sa corbeille des feuilles grasses larges avec un détail amusant, dans l'angle gauche, une tête d'animal tirant une langue démesurée. Celui de gauche offre au regard des visiteurs  une corbeille garnie d'entrelacs faisant penser à des fermetures éclair.
_____________________________________

Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus !

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
L'église avec sa nef et son chevet à pans coupés (XVIIe) et sa tour romane

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Le clocher-porche, à l'origine travée droite du chœur roman disparu
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
 La tour-porche avec sa baie romane en plein cintre
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Base de la tour - Voûtement roman (vers 1200)

BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Arc roman en plein retombant sur des chapiteaux pourvus d'entrelacs et de feuillage
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Chapiteau roman à feuilles grasses engainées
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Tête d'un animal tirant une langue démesurée sur le même chapiteau
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Arc roman donnant accès à la nef unique du XVIIe siècle
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Chapiteau roman à entrelacs
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Aigle de Saint-Jean situé à la retombée de la voûte
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Ange de Saint-Matthieu situé à la retombée de la voûte
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Colonne et chapiteau romans
BAGNEUX (54) - Eglise paroissiale Saint-Rémy
Chapiteau roman avec entrelacs et tête couronnée à la retombée de la voûte
Bien que modeste et peu avenante au premier abord,
la petite église de Bagneux conserve en son sein
un trésor architectural roman digne d'intérêt : la base du clocher.
_________________________

Pour poursuivre la découverte du lieu, voilà quelques liens utiles :

sur
Wikipedia

Le site de structurae où vous trouverez d'autres de
mes photos

__________________



La localisation de Bagneux en Meurthe-et-Moselle
_____________________________________


Situation de l'église dans le village de Bagneux

____________________

Copyright - Olivier PETIT - 2010 © Tous droits réservés